Le quai des Bergues en chantier attend toujours son entrée dans l’ère piétonne

MobilitéLe changement de régime tarde à se mettre en place. C’est qu’un essai en cache un autre. Explications.

Des piétons, des bancs publics et des voitures un peu partout, garées ou roulant à petite vitesse mais dangereuses pour tous.

Des piétons, des bancs publics et des voitures un peu partout, garées ou roulant à petite vitesse mais dangereuses pour tous. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors, piéton de l’hypercentre, heureux ou contrarié? Plutôt contrarié. Et même un peu fâché pour tout dire. Car, dans les faits, au ras du pavé, rien n’a changé. Statu quo sur les deux rives. Le pont de la Machine fait la jonction au cœur de ce «rien ne bouge».

Le petit quai des igloos (lire nos éditions du 29 novembre 2019) est toujours le même. On continue à cheminer avec difficulté sur ce faux gazon qui a poussé au milieu d’une banquise en plastique. Le magistrat en charge de ce mini-salon des arts ménagers au bord du Rhône avait pourtant répondu du haut de sa tribune municipale que ses «services s’occupaient de la chose».

C’était il y a deux mois. Occupation lente et chose pérennisée. Le fumeur de cigare sous cloche est souverain. Comme le sont chaque jour les voitures de course sur le quai des Bergues. Elles franchissent la place de Chevelu (sic), filent sur Coutance ou rentrent au box, à l’autre extrémité, au pied du premier hôtel de la ville.

Bolides dans le paysage

Ce défilé ininterrompu de véhicules de luxe annonce le prochain Salon de l’auto, pas la piétonnisation promise du secteur. Des bolides qui jurent de plus en plus dans le paysage urbain. Avec leur motorisation de grand prix, ils souffrent de devoir évoluer au ralenti, au milieu des poussettes et des bancs publics, dans cette «zone de rencontre» qui n’est pas faite pour eux.

Doutant lui aussi de cette mixité disharmonieuse à la dangerosité avérée, Rémy Pagani a endossé avant les Fêtes son costume de Père Noël pour déclarer, par voie de presse, que le piéton serait roi d’ici au 15 janvier 2020. Bref, que la mise à l’essai d’un quai entièrement pédestre était imminente.

Elle tarde, mais se fera, même si notre conseiller administratif sortant prend un peu vite son désir pour un pavé libéré. La réponse officielle du Département des constructions et de l’aménagement (DCA) fait moins rêver, sans désavouer son responsable. Citation, sortie du clavier de la porte-parole Anaïs Balabazan: «Concernant le quai des Bergues, la Ville a décidé de le fermer et de le rendre totalement piéton, du pont de l’Île au pont des Bergues. Cette mesure, qui doit être encore discutée avec l’Office cantonal des transports (OCT), devrait être mise en place dès le mois de mars dans le cadre des finitions de travaux et de l’arrêté de chantier. À l’issue de cette dernière intervention, la Ville et l’OCT prendront les arrêtés de circulations définitifs pour la fermeture du quai.»

Adieu les horodateurs

Fermeture? Oui, aux voitures, c’est confirmé, de source sûre, les places de stationnement et les horodateurs qui encaissent la demi-heure jamais respectée vont disparaître. «On ne gardera que des cases de livraison, utilisables dans les horaires impartis», précise l’un des régisseurs de ce décor urbain évolutif et très sensible.

«Ce n’est pas anodin de fermer une rue», ajoute-t-il. A fortiori un quai stratégique, sur lequel s’appuie tout un quartier (Saint-Gervais) qui, lui aussi, ne demande qu’une chose, à travers le collectif qui le défend: être enfin pacifié. Car les colonnes de voitures ne viennent pas du lac, mais de Rousseau, Grenus (la place) et Étuves (la ruelle médiévale!), un maillage d’un autre âge, subissant au quotidien un trafic de transit, embouteillé de surcroît par les utilisateurs du parking souterrain de Manor, cette incongruité historique que d’aucuns rêveraient de murer et «on n’en parle plus».

Désengorger Grenus

On va au contraire continuer à en parler. Notamment dans les pages de la Feuille d’avis officielle (FAO), qui s’apprête à publier un arrêté de mise à l’essai de circulation visant à réduire drastiquement le transit dans le secteur (plus de 70% des véhicules passant par la place De-Grenus), en ne laissant l’accès qu’aux usagers du parking, dans les limites de l’horaire prévu.

Ville et Canton se sont mis d’accord avec la direction de Manor pour tenter cette expérience de désengorgement souhaitée par le plus grand nombre. Si le droit de recours n’est pas actionné par un opposant tardif, on pourra entrer et sortir de La Bretelle (le café) sans plus se faire écraser par un automobiliste roulant, à cet endroit, comme un camionneur.

Un opposant? «Ce clan-là est de plus en plus minoritaire», relève la coordinatrice de l’Association transports et environnement (ATE), Alice Genoud. Elle ajoute: «Nous sommes allés à la rencontre des habitants et des commerçants. Ils sont dans leur grande majorité favorables à une piétonnisation complète du quai des Bergues et à une place De-Grenus où l’on pourrait enfin aménager de vraies terrasses et se déplacer à pied sans crainte.»

Métiers balzaciens

Les irréductibles qui bloquent se comptent en effet aujourd’hui sur les doigts d’une seule main. Ils exercent des métiers balzaciens – tailleur, apothicaire, bijoutier. Leur ancienneté respectable devrait les encourager à accueillir dès demain une clientèle pédestre, détendue et souriante. Avec eux, on se réjouit par avance de ces mises à l’essai de mobilité contemporaine, précédant l’inauguration en mai prochain du quai des Bergues définitivement restauré.

Créé: 05.02.2020, 07h19

Articles en relation

Le quai des Bergues était ce samedi celui des piétons militants

Rassemblement Le Collectif d’habitants pour la mobilité à Saint-Gervais est descendu dans la rue pour réclamer des mesures de piétonisation. Mouvement très suivi. Récit au ras du pavé disputé. Plus...

La zone de rencontre du quai des Bergues réunit surtout de faux amis

Aménagement Planté au milieu de la circulation, le mobilier urbain a déjà rejoint le nid de blessés. Plus...

Fini les voitures au quai des Bergues

Aménagement Courant janvier, la zone de rencontre sera requalifiée en zone piétonne. Réactions. Plus...

Sur le quai des Bergues, le banc public est roi, mais la voiture reste très proche

Aménagement Le nouveau mobilier urbain trace une ligne claire dans l’espace. C’est beau, élégant et malin. Mais la bagnole passe juste derrière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...