Prostituée tuée à Genève: les suspects se rejettent la faute

Meurtre à FlorissantLe prévenu genevois, soupçonné d'avoir brûlé et enterré le corps de l'escort près de Thonon, se voit reprocher deux nouveaux brigandages survenus dans le canton.

La victime a été tuée dans un appartement de la rue de Florissant.

La victime a été tuée dans un appartement de la rue de Florissant. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’enquête dans l’affaire de la prostituée tuée à Florissant a révélé de nouveaux éléments. Selon nos renseignements, l’un des deux suspects, le jeune Français, désigne son complice comme le cerveau du brigandage. Rappelons que le corps de la victime, une escort-girl française, a été transporté dans une valise puis brûlé et enterré près de Thonon en septembre dernier.

En prison en France voisine, ce jeune suspect, âgé de 18 ans, soutient qu’il avait pour instruction de «sprayer» la jeune femme afin de la maîtriser et de faire main basse sur ses recettes. Rien de plus. Il affirme que son comparse a tué la malheureuse quand elle a commencé à crier. Crédible? L’enquête le dira.

Confrontation en vue

Le suspect suisse, détenu à Champ-Dollon, a une tout autre version des faits: il déclare avoir mis en contact le jeune prévenu avec la prostituée en vue d’une relation tarifée. Mais le rapport aurait mal tourné. Lui-même ne serait entré dans la chambre qu’une fois le crime accompli.

Peu confiant dans la justice suisse, à laquelle il a déjà été confronté, le Genevois affirme avoir simplement aidé le jeune Français à se débarrasser du corps de la prostituée. Vraiment? Le Ministère public genevois doit organiser en ce début d’année une audience de confrontation entre les deux hommes.

Le contrôle du marché

Rappelons que le prévenu genevois, qui a été arrêté une première fois en 2018 puis libéré l’été dernier, est aussi suspecté d’avoir poussé des femmes à se prostituer à Champel. Mais ce n’est pas tout. Nous avons appris qu’il se voit aujourd’hui reprocher d’avoir participé à deux brigandages à Genève dans le cadre d’une guerre commerciale dans le monde de la prostitution. Le premier brigandage est survenu en décembre 2017 au détriment d’une fille de joie. Le prévenu aurait agi avec l’aide d’un complice introuvable à ce jour. Le second hold-up a eu lieu en janvier 2018 dans un appartement de la Vieille-Ville. Les victimes de ce vol avec violence étaient au nombre de quatre.

Victimes ligotées

Selon les premiers éléments en main des inspecteurs, la plupart des protagonistes travaillaient de près ou de loin dans le secteur de la prostitution clandestine. Deux des victimes ont été ligotées durant le vol. Les enquêteurs supposent que ces brigandages sont liés au contrôle du territoire dans le milieu du sexe tarifé. Ce serait donc pour cela que les victimes n’ont pas porté plainte au moment des faits.

Le Genevois, défendu par Mes Romain Canonica et Sylvain Zihlmann, conteste ces nouvelles accusations. Poursuivi pour brigandage aggravé, il est soupçonné d’être entré armé avec un comparse dans un appartement de la Grand-Rue au début du mois de janvier 2018. À l’intérieur se trouvait un homme, que nous appellerons Youri, et sa compagne, tous deux actuellement détenus, ainsi qu’un autre couple. La plupart des protagonistes contestent tout lien avec la prostitution.

Liste d’appartements

Le prévenu genevois, aidé par un complice, aurait convoité non seulement l’argent qui se trouvait dans l’appartement de la Vieille-Ville mais aussi une liste de logements destinés à abriter des filles de joie. Toujours dans le but de contrôler ce marché à Genève.

C’est Youri qui est à l’origine des faits dénoncés au Ministère public. Il déclare que lui et l’autre homme présent sur place ont été ligotés par les malfrats. Ces derniers étaient armés d’un Smith & Wesson gris métallique avec une poignée foncée, soutient Youri. Entendu au début du mois, il affirme avoir été délesté cette nuit-là de 4000 dollars, sa copine aurait perdu 3000 dollars et l’autre couple se serait fait voler 7000 francs. Il soutient que le prévenu genevois l’a ensuite emmené dans une voiture et l’a sommé de lui désigner «des appartements dans lesquels travaillaient les filles».

Le second brigandage reproché au prévenu a eu lieu quelques jours plus tôt. Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir aussi demandé de l’aide à un homme pour retrouver Youri, défendu par Me Samir Djaziri. Mais il ne se trouvait pas dans l’appartement. C’est la femme présente sur les lieux qui en a fait les frais puisqu’elle s’est retrouvée ligotée et détroussée.

La compagne de Youri, qui réfute baigner dans le milieu de la prostitution, est défendue par l’avocate Me Sophie Bobillier. Comme tous ses confères cités dans la procédure, elle ne souhaite pas faire de commentaire à ce stade.

Créé: 31.01.2020, 06h48

Articles en relation

Escort girl tuée: son ami avait placardé son portrait à Genève et à Evian

Assassinat L’homme a été entendu comme témoin dans le cadre d'une procédure franco-suisse. Plus...

Le corps de l’escort-girl de Florissant a été transporté en taxi vers la Haute-Savoie

Meurtre Les enquêteurs reconstituent la macabre randonnée entre Genève et la France voisine. Plus...

Escort girl tuée à Florissant: un des suspects venait de sortir de prison

Meurtre à Champel Le corps de la prostituée a été transporté dans une valise. Sa dépouille a été brûlée et enterrée près d’Evian. Plus...

Deux hommes soupçonnés d'avoir tué une femme à Genève arrêtés

Fait divers La disparition d'une femme avait été signalée le 12 septembre. Un corps a été retrouvé en France voisine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...