Passer au contenu principal

Les propriétaires de villas veulent limiter l’immigration

L’association Pic-Vert s’insurge contre la révision du Plan directeur cantonal. Et réclame de maîtriser la croissance.

(Photo d'illustration). «La zone villas est un poumon de verdure utile à tous, assure Christian Gottschall. Il faut la préserver car elle abrite les gros contribuables qui, sinon, s’en iront dans le canton de Vaud.»
(Photo d'illustration). «La zone villas est un poumon de verdure utile à tous, assure Christian Gottschall. Il faut la préserver car elle abrite les gros contribuables qui, sinon, s’en iront dans le canton de Vaud.»
Pascal Frautschi

Les propriétaires de villas sont sous pression. Une partie de leurs terrains sont convoités par l’Etat pour y construire des logements. Et cette convoitise est montée d’un cran avec la révision du Plan directeur cantonal, que l’Etat met actuellement en consultation. L’association Pic-Vert Assprop, qui les défend, est montée mercredi au créneau lors d’une conférence de presse pour dire tout le mal qu’elle pense de la politique d’aménagement de l’Etat.

«Il faut repenser notre développement, assène Michel Schmidt, son président. Le gouvernement s’enferme dans une fuite en avant qui va détériorer la qualité de vie de l’ensemble des Genevois.» Pic-Vert conteste les grandes orientations du Plan directeur. Ce dernier prévoit, pour la période 2010-2030, la construction de 50 000 logements afin de répondre à la hausse démographique, attendue par les démographes, de 100 000 personnes.

Pour Pic-Vert, c’est trop. «Les Genevois n’en veulent pas», assure Christian Gottschall. Il cite l’initiative «Contre l’immigration de masse», les succès du MCG ou encore l’élection de Donald Trump. «Il y a un changement de paradigme dans le sens du protectionnisme. L’Etat doit en tenir compte.»

Finance et trading

Conclusion: il faut limiter l’immigration et maîtriser la croissance. Comment? «En se concentrant sur certains secteurs économiques comme la finance, le trading, l’horlogerie et le bio-tech.» «Et la promotion économique doit se calmer», ajoute la députée Christina Meissner.

Ce débat sur la croissance, le Grand Conseil l’a déjà tenu en septembre 2013. Ce qui ne l’a pas empêché d’adopter à une large majorité le Plan directeur cantonal. Aujourd’hui, sa révision partielle s’explique par la rigueur de la Confédération qui veut limiter les emprises sur la zone agricole. Résultat: Genève doit revoir sa mouture pour densifier davantage, notamment dans la zone villas.

«Poumon de verdure»

Une mauvaise idée, pour Pic-Vert. «La zone villas est un poumon de verdure utile à tous, assure Christian Gottschall. Il faut la préserver car elle abrite les gros contribuables qui, sinon, s’en iront dans le canton de Vaud.»

Pic-Vert réclame une série de mesures visant à protéger la zone villas. Et propose de construire ailleurs, «là où les habitants en acceptent le principe».

Réforme de la fiscalité

Pour limiter la croissance, Pic-Vert serait-il prêt à combattre la réforme des entreprises RIE III? L’association n’a pas donné de mot d’ordre. «Mais nous avons demandé au Conseil d’Etat l’assurance que la baisse d’impôts qui en découlera ne sera pas compensée par une hausse de la fiscalité sur la fortune immobilière», relève Michel Schmidt. A ce jour, cette assurance ne leur a pas été donnée.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.