«Les profs prennent en otage Santescalade»

PolémiqueUn conflit entre les enseignants de sport et l’Instruction publique met en péril un programme sportif phare dédié aux enfants.

4000 enfants prennent part chaque année aux entraînements gratuits pour se préparer à la Course de l'Escalade.

4000 enfants prennent part chaque année aux entraînements gratuits pour se préparer à la Course de l'Escalade. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un rendez-vous sportif suivi par plus de 4000 écoliers genevois chaque automne. Ou faut-il dire c’était? Santescalade, qui offre des entraînements gratuits aux enfants de 6 à 12 ans pour les préparer à la Course de l’Escalade, se voit boycotter par des syndicats enseignants et risque le coup d’arrêt, selon nos informations. Un cadeau empoisonné pour les dix ans d’existence de l’association, qui en appelle au bon sens.

Santescalade fait les frais de tensions entre, d’un côté, l’Association genevoise des maîtres de sport, la Société pédagogique genevoise (SPG), et de l’autre, le Département de l’instruction publique (DIP). Depuis la rentrée, les maîtres spécialisés doivent assurer 28 périodes d’enseignement par semaine, soit deux de plus face aux élèves. Deux heures qu’ils consacraient auparavant à l’organisation d’activités particulières, tels que des tournois sportifs.

Une modification décidée par le DIP pour plus d’équité entre les professeurs du primaire. Une façon d’économiser dix postes, dénonce la SPG, regrettant une pénibilité du travail accrue. Excédé, le syndicat en appelle donc au boycott des activités hors classe organisées par le DIP, et plus largement de toutes activités extrascolaires — dont Santescalade — pour lesquelles les enseignants sont appelés à encadrer les enfants.

Pas de dialogue possible

«Nous avons été extrêmement déçus et étonnés qu’un débat qui concerne un problème entre employeur et employés se retourne contre nous. Les maîtres de sport prennent en otage Santescalade», réagit sans détour André Laubscher, président de l’association. Aucun terrain d’entente n’a pu être trouvé malgré une réunion organisée en juillet entre les deux parties.

Lire l’intégralité de l’article dans nos éditions payantes du jeudi 4 septembre 2014. (TDG)

Créé: 03.09.2014, 19h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...