Les profs de gym du secondaire se plaignent de leurs salaires

Fonction publiqueUn rassemblement est prévu mercredi prochain devant le Département de l’instruction publique.

Margarita Castro, secrétaire du Syndicat des services publics (SSP), Guillaume Kowalski et Sébastien Scheidegger , maîtres d'éducation physique du secondaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les maîtres d’éducation physique de l’enseignement secondaire sont en colère. Ils ne comprennent pas pourquoi ils ne bénéficient pas d’un traitement salarial équivalent à celui des maîtres des autres disciplines. Pour faire valoir leurs revendications, ils ont saisi le Syndicat des services publics (SSP) qui organise un rassemblement mercredi prochain, de 12 à 16 heures, devant le Département de l’instruction publique (DIP).

1000 francs par mois de moins

«Les enseignants d’éducation physique du secondaire ont les mêmes conditions d’embauches, les mêmes responsabilités, les mêmes obligations face aux élèves, affirme Margarita Castro, secrétaire syndicale. Pourtant, ils sont payés 1000 francs par mois de moins que les maîtres des autres disciplines.»

Depuis 2008, le niveau d’étude des maîtres d’éducation physique du secondaire a été augmenté, mais il n’y a pas eu de contrepartie salariale à cette réévaluation.

« Une profonde injustice »

Les enseignants accusent un manque de reconnaissance de leur métier de la part du DIP. «Nous ressentons une profonde injustice, dit Sébastien Scheidegger, qui possède une double compétence en Histoire et en Éducation physique. On nous a demandé de faire une formation très poussée de huit ans et on se retrouve avec un salaire au rabais.» Et de poursuivre : «On nous dit qu’on est sur une discipline à part, qu’on n’a pas la même quantité de travail à fournir quant à la préparation des cours ou à la correction des exercices, mais c’est faux ! Comme tous les enseignants, on a des objectifs très stricts, une mission qui est inscrite dans le plan d’étude romand, des cours à préparer, une réflexion didactique à mener et nous devons adapter nos leçons en fonction du niveau de l’élève.»

Des qualités particulières

Pour d’autres, cela va encore plus loin : «Ce qui est incohérent dit une enseignante, qui veut rester discrète, c’est qu’on nous reconnait des qualités particulières telles une habilitation à accompagner les jeunes en sorties ou une capacité à gérer des élèves qui ne sont pas assis derrière une chaise, et qu’on nous traite différemment des autres.»

«Le Conseil d’état ne peut pas se cacher derrière son arrêté qui interdit les réévaluations salariales jusqu’à l’entrée en vigueur du Système compétences rémunération évaluation de l’Etat (SCORE), assure Christian Dandres, l’avocat du syndicat. Les maîtres d’éducation physique revendiquent une égalité de traitement qui est une garantie constitutionnelle.»

Le nouveau SCORE, actuellement en cours d’élaboration, doit normalement remplacer en 2013 l’ancien système en vigueur depuis 1975. Mais pour l'instant, personne ne sait quand exactement. Même pas le DIP.

Monique Pfister, Directrice des ressources humaines au DIP, ne se veut pas rassurante : «Depuis fin 2010, toute nouvelle demande de hausse salariale est suspendue, particulièrement celle qui concerne les professions où il y a de nombreux collaborateurs (comme c'est le cas chez les maîtres d'éducation physique du secondaire, Ndlr). Cela, dans l'attente de la construction de ce nouveau SCORE.» Raisons économiques ? La directrice botte en touche : «Je ne sais pas si on peut dire ça comme ça, c'est surtout qu'il y a un moment où il est nécessaire de faire un arrêt sur image pour pouvoir travailler sur un projet aussi énorme.» Un arrêt sur image jusqu'à quand ? «C'est la grosse difficulté, nous n'avons pas de possibilité technique pour leur donner une date d'aboutissement du projet, répond Monique Pfister. Mais nous comprenons le mécontentement des maîtres d'éducation physique.» (TDG)

Créé: 13.05.2013, 14h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...