Les profils dissemblables des agresseurs de Saint-Jean

Tribunal criminelLes psychiatres révèlent l’immaturité des deux prévenus, mais le degré d’empathie varie entre l’un et l’autre.

Le président du Tribunal criminel, Vincent Fournier.

Le président du Tribunal criminel, Vincent Fournier. Image: Patrick Tondeux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après deux jours d’auditions et de déclarations peu nourries des prévenus, la venue des experts-psychiatres au Tribunal criminel, mercredi, devait permettre une analyse plus profonde de la structure psychique des auteurs de l’agression de Saint-Jean. De là à expliquer la violence gratuite du 7 janvier 2017? Pas vraiment. Mais les traits majeurs de la personnalité des deux auteurs ont été dévoilés.

À entendre les psychiatres, il s’agit d’abord de dissocier les deux accusés. Le premier, colosse de 110 kilos, présente une personnalité borderline et dyssociale. Pour les deux thérapeutes, ses troubles se manifestent par une attitude irresponsable, un mépris des règles et une incapacité à tirer les enseignements du passé. Risque de récidive? «Moyen». Quand les experts dépeignent un garçon immature, Me Guerric Canonica, son avocat, semble contester: «Est-ce qu’on peut avoir 18 ans et ne pas être immature?» interroge-t-il. «Il est plus immature qu’un homme de son âge», rétorque l’un des psychiatres. «Est-ce inné ou acquis?» poursuit l’avocat. Pour les experts, la question est difficile à trancher. Si l’effet de groupe a certainement eu une influence la nuit de l’agression, le prévenu montre une incapacité à ressentir de la honte et de la culpabilité, même plusieurs mois après les faits. L’origine, peut-être, est à chercher dans «l’intelligence en friche» du sujet et ses centres d’intérêt restreints.

Le deuxième prévenu affiche également une «immaturité psychoaffective», selon les analyses. En revanche, «il a une capacité à se mettre à la place des victimes», affirme le médecin psychiatre qui a rédigé le rapport. Dans son cas, les chances de récidive sont faibles, mais «les addictions et l’entourage peuvent moduler le facteur de risque». Reste tout de même ce sentiment de distance et de froideur ressenti durant les déclarations du prévenu. «Il réfléchit comme s’il se plaçait à l’extérieur des choses qui le concernent», résume le président Vincent Fournier. L’expert acquiesce: malgré une certaine empathie, «il a une réticence à s’interroger sur son propre fonctionnement».

Durant ce troisième jour d’audience consacré à la personnalité des prévenus, la question de l’alcool a occupé une place importante dans les débats. Quel était leur niveau d’ébriété le soir des faits? Les arrestations ayant eu lieu six mois après l’agression, nul ne peut le dire. Mais la question du degré de responsabilité – lié au jeune âge des prévenus, aux troubles de personnalité, à l’alcool… – pèsera forcément sur le verdict.

Enfin, quand les experts se sont tus, deux mères bouleversées sont venues dire leur douleur de voir leur fils, assis là, la tête baissée face à un juge. À entendre l’enseignante et l’employeur actuels des deux jeunes adultes, leurs comportements sont «irréprochables» depuis leur libération conditionnelle.

Créé: 06.03.2019, 19h37

Articles en relation

Au procès de l’agression de Saint-Jean, les réponses tant attendues n’arrivent pas

Tribunal criminel Stratégie délibérée ou incapacité à s’expliquer? Le deuxième prévenu n’a pas permis de lever les incompréhensions. Plus...

«Saint-Jean, c’était une agression gratuite. Dites-le!»

Tribunal criminel Au premier jour de son procès, l’un des deux accusés s’est fait remettre à l’ordre par son propre avocat. Récit d’audience. Plus...

Nuit de terreur à Saint-Jean: place au procès

Justice Deux jeunes comparaissent devant le Tribunal criminel dès lundi. Ils sont suspectés d’avoir participé à l’agression de deux trentenaires devenus invalides. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.