La série Web d’une pasteure genevoise ouvre sa saison 2

InsoliteUne pasteure et son mari agnostique racontent leur vie quotidienne avec humour. Un feuilleton primé à l'étranger.

Carolina Costa

Carolina Costa Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au commencement était la scène. Puis, est venue la religion. Carolina Costa était chanteuse et comédienne, avant de devenir pasteure à Genève. Il y a un an, elle a créé avec Victor, son mari agnostique et cartésien, une websérie de fiction où ils racontent avec humour l’impact de cette nouvelle profession sur leur quotidien, de la révision du sermon au lit le samedi soir au culte du dimanche matin à la place du week-end en amoureux, et aux vacances impossibles à prendre – l’été il y a les mariages, à Noël et Pâques c’est célébrations en série… Mais aussi des sketchs sur l’enterrement, la mort ou encore «Dieu est-il une femme?».

La série, composée de douze épisodes de 2 à 3 minutes, est diffusée sur YouTube, Facebook, 20Minutes.ch ainsi que sur Léman Bleu. Et elle séduit. Ma femme est pasteur a reporté un prix dans divers festivals Web internationaux: meilleure websérie à Valence (Espagne), mention spéciale à New York, meilleure actrice pour Carolina Costa au Bilbao Web Fest. «Et nous sommes actuellement nominés dans une quinzaine de festivals Web dans le monde, ajoute la pasteure. Cette thématique traitée avec humour sort de l’ordinaire, et ça plaît!»

Ce succès a encouragé le couple à se lancer dans une deuxième saison, qui démarre demain. «On a encore plein de thèmes à aborder! L’homosexualité, la maternité – en intégrant ma grossesse – et ce que ça signifie pour une femme dans le monde du travail, entre autres. On va aussi recentrer un peu sur le couple, sur la vulnérabilité des personnages, que ce soit plus réaliste, plus émotif parfois. Mais l’humour va toujours primer!»

Des invités feront également leur apparition, en guest stars, «dont Didier Charlet (ndlr: comédien qui incarne notamment Jean-Gabriel Cuénod, diacre de la paroisse de Chastavel, sur la RTS), qui ouvre le premier épisode. Je rêverais de faire participer Eric-Emmanuel Schmitt dans le rôle de Dieu…!» Tous les épisodes ne sont pas encore tournés ni écrits, «on se laisse une liberté en fonction des invités».

Cette parodie de la vie pastorale est même adoubée par l’Eglise protestante, celle de Genève, mais aussi les vaudoises, neuchâteloises et fribourgeoises qui soutiennent financièrement le projet, en plus de donateurs privés. Le couple n’en est pas à son coup d’essai: il a lancé, à la fin de 2011, Bienvenue chez nous, inspirée de ses expériences, de la maternité au choc culturel. La sixième saison va bientôt démarrer.

Plus d’information sur: www.mafemmeestpasteure.ch

Voir ici le premier épisode de la saison 1

Voir ici le premier épisode de la saison 2 (TDG)

Créé: 05.10.2016, 11h35

Articles en relation

Une pasteure et son mari racontent leur quotidien dans une série

Divertissement La Genevoise Carolina Costa est passé de la scène à l’Eglise. Elle rapporte avec humour l’impact de cette nouvelle vie sur son couple Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.