Prévention du mélanome: «Informer mais pas moraliser»

GenèveRencontre avec deux étudiantes qui mènent campagne pour la Ligue genevoise contre le cancer dans les parcs et piscines de la ville.

Youna distribue des tracts d'information aux passants du parc des Bastions.

Youna distribue des tracts d'information aux passants du parc des Bastions. Image: P.B.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Information, documentation et discussion», tel est le credo de Nadia Gold et Youna Rahard, deux étudiantes en médecine qui parcourent tout le mois de juillet les «spots chaises longues» de la ville. Cette campagne de la Ligue genevoise contre le cancer se perpétue chaque été depuis 2012. La ligue, qui fonctionne grâce aux dons populaires, embauche pour la belle saison des jeunes comme Nadia et Youna ou des gens étudiant à l'Ecole d'infirmières. Leur rôle, informer le public genevois sur un type particulièrement grave de cancer de la peau: le mélanome.

Des jeunes qui parlent aux jeunes, c'est accrocheur. «Le contact se fait plus facilement, assure Lucienne Bigler-Perrotin, directrice de la ligue, mais c'est aussi une approche communautaire de la prévention avec de l'information grâce au bouche-à-oreille.» Rien n'est laissé au hasard. Les lieux stratégiques? Des endroits très fréquentés en ville, des squares et des plans d'eau, où des transats sont mis à disposition des promeneurs. Un environnement idoine pour la mission des jeunes Nadia et Youna (photo ci-dessous). Dans leur ligne de mire, les férus de bronzette, mais pas que. Le couple parents-enfants permet de faire d'une pierre deux coups dans la transmission du message d'alerte. Une prévention élémentaire selon le duo: «Le capital solaire du futur adulte se construit durant l'enfance.»

Armé de flyers et de crèmes solaires, le binôme étudiant vient rappeler les risques de l'exposition solaire aux imprudents. «Entre 11 h et 16 h, il faut absolument rester à l'ombre, martèle Youna; même la plus haute protection, l'indice 50 (ndlr: parfois accompagné du sigle FPS, ou facteur de protection solaire), n'empêche pas 50% des rayons UV de traverser la peau. Mais c'est indispensable de mettre de la crème quand on va au soleil.» Un lot de conseils qui ne sont pas évidents pour tout le monde.

«Certaines réactions sont effarantes, renchérit Youna. Un adolescent nous a confessé qu'il pensait qu'il fallait choisir l'indice de protection de la crème en fonction de la température extérieure.» L'anecdote pourrait prêter à sourire si ce genre de témoignage était isolé. Mais Youna et Nadia constatent que la majeure partie de la population est mal avisée: «Des personnes à la peau foncée pensent qu'elles ont moins de risques que les autres. Un piège dans lequel il ne faut pas tomber.» Bilan de leur expérience: bien souvent, les intéressés déclarent après coup que la discussion les a fait réfléchir. «De l'information et pas de la moralisation!» tient à conclure Youna.

Un manque d'information en Suisse qui rappelle le cas de l'Australie il y a quelques années. Après une recrudescence des cancers de la peau, la volonté politique du pays a permis de faire entrer dans les mœurs les conduites prudentes.

Créé: 22.07.2015, 13h03

La Suisse est le 2e pays au monde le plus touché par le mélanome

Avec 300 décès par an causés par le mélanome, le cancer le plus agressif de la peau, la Suisse arrive deuxième au triste classement mondial des pays les plus exposés. «On pense que c'est dû au niveau de vie: les Helvètes partent dans des pays lointains à la plage et ils sont très friands des solariums pour préparer leur bronzage. On remarque aussi que beaucoup de personnes s'exposent au soleil au bord du lac à la pause de midi. Des comportements qui augmentent les facteurs de risques», explique Lucienne Bigler-Perrotin, directrice de la «Ligue genevoise contre le cancer». Elle met en garde: «Quand on attrape deux fois des coups de soleil au même endroit, on a deux fois plus de chances de développer un mélanome.» Un constat alarmant qui témoigne du manque d'information autour du sujet.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...