Passer au contenu principal

Prestations en ligne: la Ville doit passer aux actes

Une motion du PDC demande une stratégie numérique plus concrète.

La conseillère municipale PDC Marie Barbey.
La conseillère municipale PDC Marie Barbey.
PDC Genève

L’application «Genève en été», une journée consacrée au rôle des médias et un étage de la Bibliothèque de la Cité dédié à la digitalisation. Voilà en résumé ce qu’on peut retenir de l’année de mairie de Sami Kanaan en Ville de Genève, placée sous le thème du numérique. C’est trop peu, selon la conseillère municipale PDC Marie Barbey, qui va déposer une motion sur cet aspect. «On attend un acte concret, explique-t-elle. L’idée n’est pas de faire du numérique pour faire du numérique, mais de rendre service aux habitants.» Elle cite, parmi d’autres exemples, l’application officielle de la Ville de Lausanne, qui, outre l’agenda des manifestations, informe sur les travaux, le ramassage des déchets, les offres d’emploi… Et déplore «l’archaïsme du système genevois de réservations de salles ou d’activités sportives». Elle invite le Conseil administratif à présenter un plan d’action sur le numérique, comprenant notamment les prestations municipales en ligne et l’utilisation des données. «En les croisant, c’est comme si on avait de nouvelles lunettes pour lire la ville», illustre-t-elle, citant les poubelles intelligentes de Barcelone, qui indiquent leur taux de remplissage et permettent une meilleure planification du ramassage.

Marie Barbey souhaite aussi nommer un Monsieur ou Madame Smart city. «La région Bruxelles-capitale a une smart city manager formée à Genève», note-t-elle. Elle ajoute être attentive à une éventuelle fracture numérique, pour ne laisser personne de côté.

«On est bien d’accord, répond Sami Kanaan. On n’a pas encore communiqué au Conseil municipal les derniers éléments, mais le Conseil administratif a validé en septembre un document qui définit un cadre d’action. Il est vrai que sur l’administration en ligne, on est en retard.» Pourquoi cela prend-il autant de temps? «Il y a un embouteillage de besoins, et il faut garantir la sécurité. J’essaie d’utiliser mon année de mairie comme turbo.» L’élu socialiste affirme devoir contacter les autres Cantons et Villes, «pour se coordonner et ne pas réinventer la roue chacun de son côté».

Outre les prestations en ligne déjà existantes (le service Interroge, l’achat de billets de spectacles et d’expositions), le maire promet des réservations de salles en ligne dès le printemps 2019, et un projet immersif autour du relief Magnin. Sami Kanaan indique également avoir proposé un amendement au projet de budget 2019 pour créer un poste de chargé du numérique. La Commission des finances devrait se pencher sur la question ces prochains jours.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.