Presque toutes les crèches seront fermées le 14 juin

Ville de GenèveÀ 90% féminin, le personnel de la petite enfance participera activement à la grève des femmes.

La quasi-totalité des institutions soutenues par la Commune ne pourront accueillir des enfants, faute de personnel suffisant.

La quasi-totalité des institutions soutenues par la Commune ne pourront accueillir des enfants, faute de personnel suffisant. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grève des femmes sera très suivie parmi le personnel de la petite enfance en Ville de Genève. A la mi-avril, Sandrine Salerno, magistrate chargée des ressources humaines, avait annoncé qu’elle accordait un jour de congé aux employées qui souhaitaient participer au mouvement du 14 juin. La magistrate a été entendue. À moins de dix jours du défilé, la quasi-totalité des institutions soutenues par la Commune ont prévenu les familles qu’elles fermeraient leurs portes ce jour-là, faute de personnel suffisant. Quelques rares structures ouvriront partiellement ou mettront en place une permanence pour les parents qui n’ont pas trouvé de solution.

Normes cantonales strictes

Avec 1410 femmes pour 144 hommes, le secteur de la petite enfance est particulièrement concerné par la grève du 14 juin. Compte tenu de la forte participation des employées à la mobilisation en Ville de Genève, beaucoup de crèches se retrouvent dans l’impossibilité d’accueillir des enfants. «Les normes d’encadrement imposées par le Canton sont très strictes, un service minimum n’est pas envisageable», explique Frédéric Vallat, directeur du Département de la Cohésion sociale et de la Solidarité.

99% de grévistes aux Pâquis

Dès l’annonce de Sandrine Salerno, la plupart des institutions ont sondé leurs collaboratrices. «Aux Pâquis, 99% des femmes ont dit qu’elles feront la grève, détaille Catherine Favario, responsable de ce secteur. Pour nous, le plus important était de prévenir rapidement les familles pour qu’elles trouvent une autre solution de garde.» Si la majorité des parents ont manifesté leur soutien envers les puéricultrices grévistes, certains ont fait part de leur mécontentement. «Principalement des personnes issues de professions libérales, lâche Capucine Ratajski, responsable du secteur Dumas. Le message de solidarité n’est pas passé.»

Seules sept structures, à notre connaissance, accueilleront des enfants le 14 juin. Les employées du secteur Eaux-Vives-Frontenex ont pris le parti de débrayer uniquement l’après-midi pour participer au défilé. Les espaces de vie enfantine Pré-Picot, Eaux-Vives et La Flotille ouvriront ainsi jusqu’à 14 h 30. Le jardin d’enfants de La Petite Maison de Frontenex maintiendra, lui, ses horaires habituels toute la journée. À Budé, au Petit-Saconnex, la crèche de La Providence sera ouverte; celles de La Petite Maisonnée et l’Espace de vie enfantine Tom Pouce fermeront en revanche leurs portes.

Deux «permanences»

Dans certains quartiers, les responsables de secteur ont pu mettre en place des «permanences». C’est notamment le cas aux Grottes et aux Charmilles. «Lorsque nous avons sondé les familles, 44 d’entre elles nous ont dit qu’elles n’avaient pas de solutions de garde, détaille Valérie Fallot, responsable du secteur. Nous avons suffisamment de personnel qui ne fera pas la grève pour leur proposer un accueil.» Le 14 juin, tous les enfants des sept structures des Grottes seront réunis au sein d’une seule crèche. «Notre dotation en éducateurs sera ce jour-là plus importante que ne l’exige la norme cantonale, souligne Valérie Fallot. Cela me semble important car les enfants seront certainement un peu perturbés par ces changements et pleureront peut-être davantage.» (TDG)

Créé: 06.06.2019, 07h03

Service minimum assuré dans les écoles

À l’école obligatoire (primaire et Cycle), on ne peut pas simplement fermer les portes le 14 juin. Un service minimum doit être assuré, organisé par les directions d’établissements. À elles d’anticiper les moyens d’encadrement nécessaires, notamment en sollicitant des remplaçants.

Quel dispositif pour le secondaire II? Ces élèves seront en période d’examen mais la grande majorité n’aura pas de test ce jour-là. Il n’y a donc pas de service d’accueil à organiser, relève le Département de l’instruction publique. Il indique ne pas avoir d’information sur le nombre de grévistes annoncés, tout en précisant qu’ils ont jusqu’à sept jours après la grève pour communiquer leur participation. Le chiffre pourrait être important: au primaire, en 2017, les femmes représentaient 84% du corps enseignant. 58% du secondaire I (Cycle), 74% dans l’enseignement spécialisé et 51% au secondaire II. Au tertiaire en revanche, seulement 43%…

Quant aux élèves, ils doivent présenter une lettre de motivation contresignée par leurs parents. Attention: l’absence à un examen pourrait impliquer pour l’élève l’annulation de la session et l’échec du titre de maturité.
A.T.

Articles en relation

Violettes de colère, les femmes s’activent

Egalité Le collectif de la grève féministe genevois a dévoilé, ce mardi, son riche programme pour la journée du 14 juin. Une manifestation où les hommes sont les bienvenus Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...