La présidente lâche une insulte, le PLR se fâche

Conseil municipal de la Ville de GenèveLe parti demande des excuses publiques et pose la question de la démission de Marie-Pierre Theubet.

Un mot lâché mercredi soir par la présidente Verte, Marie-Pierre Theubet, a scandalisé plusieurs élus.
Vidéo: DR / Léman Bleu

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi soir, l'ambiance était pour le moins électrique au Conseil municipal de la Ville de Genève. En toute fin de séance, après qu'une personne du public s'est fait évacuer par la police municipale pour avoir effectué un doigt d'honneur, un mot lâché par la présidente Verte, Marie-Pierre Theubet, a scandalisé plusieurs élus. Dans les images, qui tournent désormais sur les réseaux sociaux, on voit effectivement la première citoyenne de la Ville lancer un «connasse», pensant que son micro était éteint.

Pour comprendre la tension qui règne dans la salle, il faut remonter quelques minutes plus tôt. Il est environ 22h45. Une motion d’ordre proposée par le MCG demande de suspendre la séance, où l'on traite du prochain scrutin sur la pénalisation de l'homophobie, en raison de l'absence du Conseil administratif en cette fin de soirée. Le texte passe la rampe, et c'est suite à ce vote que l'insulte est proférée.

La PLR Patricia Richard, qui vient d'encourager ses troupes à accepter la motion, prend pour elle ces mots fleuris. Son groupe politique monte au créneau. Il vient d'envoyer une lettre courroucée à la présidente Verte, demandant des excuses publiques. «Vos propos sont inacceptables et relèvent de l’injure selon l’article 177 du Code pénal. L’intéressée serait en droit de déposer contre vous une telle plainte, particulièrement à la période que nous vivons et qui voit certains judiciariser la vie politique quand cela les arrange», relève la missive. Le PLR Ville pose aussi la question de la démission de la responsable, «qui vous appartient, [...] au vu de votre partialité».

Marie-Pierre Theubet, de son côté, assure que cette insulte ne visait «absolument pas la conseillère municipale. Ce mot n'a pas à être prononcé dans cette enceinte. En aucun cas il n'était destiné à une personne particulière de l'assemblée. J'ai eu tort d'avoir oublié de fermer le micro.»

Créé: 07.02.2020, 10h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...