Vive polémique sur les chiffres du défilé des femmes en grève

GenèveUne soixantaine d'associations féminines tiennent leur premier festival après un défilé géant dont le chiffrage est remis en cause.

Un clitoris géant accueille les visiteurs à l'entrée du parc.

Un clitoris géant accueille les visiteurs à l'entrée du parc. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l'entrée du parc des Bastions, un clitoris géant accueille les visiteurs et marque l'entrée d'un trampling pneumatique où s'ébrouent des enfants. Au lendemain de la grève des femmes qui a marqué l'actualité suisse vendredi et d'une manifestation géante qui a traversé Genève, comme d'autres villes du pays, une soixantaine d'associations «féminines et féministes» genevoises tiennent ce samedi leur premier festival commun. Les éclaircies ont chassé les pluies matinales juste à temps pour la brève cérémonie d'ouverture qui a eu lieu à 11 heures.

«Un point de départ»

«Prenez les Bastions et imprégnez-vous d'égalité!» s'est exclamée Doris Gerber, présidente de F-Information à l'heure des allocutions. L'idée d'unité a fait son chemin, nous espérons que les 14 et 15 juin ne seront pas perçus comme un aboutissement mais surtout comme un point de départ, a enchaîné Larissa Bambara, présidente du Centre de liaison des associations féminines genevoises.

De très nombreuses personnalités politiques figuraient dans le public, mais aussi sur l'estrade. Maire de Genève et responsable des questions d'égalité au sein de l'administration municipale, Sandrine Salerno a salué le travail du tissu associatif et promis un plus fort soutien budgétaire. «La manifestation d'hier a été un moment très fort, joyeux, drôle, festif et serein sur la notion de dignité et l'accès aux droits fondamentaux, a estimé la socialiste. Il ne s'agit pas de prendre la place des hommes, mais de revendiquer la place qui est la nôtre et le respect de notre intégrité.»

«L'égalité n'a pas de couleur politique ou de genre. Ce n'est qu'ensemble qu'on gagnera cette bataille»

«À 54 ans, c'était ma première manifestation et je suis heureuse que ça ait été celle-ci», a témoigné de son côté Nathalie Fontanet. La conseillère d'État chargée des Finances a raconté comment l'inégalité a marqué son parcours personnel et énuméré les situations qu'elle continue de juger inacceptables, comme le faible nombre de femmes (quatre ) présidant les organes suprêmes des cent plus grandes entreprises suisses ou le fait qu'on continue de jaser sur la supposée incompétence des femmes ou encore sur leur tenue. «L'égalité n'a pas de couleur politique ou de genre, a estimé la libérale-radicale. Ce n'est qu'ensemble qu'on gagnera cette bataille.»

Les stands des associations qui parsèment le parc sont regroupés sous la forme d'un abécédaire, signalé par des majuscules: G pour le genre, T pour le travail ou encore S pour la santé et V pour les violences. Toute l'après-midi, des animations, présentations, mini-conférences, performances, ateliers, jeux ou encore visites guidées vont se succéder.

Polémique sur les chiffres du défilé

En parallèle, une polémique a éclaté sur les réseaux sociaux au sujet des comptages de l’affluence lors de la manifestation genevoise de vendredi. Hier en fin d’après-midi, le service de presse de la police cantonale avait transmis une estimation entre 10’000 et 12’000 personnes que de nombreuses voix jugent fortement sous-évaluée. Dans son propre compte-rendu de la manifestation paru samedi matin, la “Tribune de Genève” évoque par exemple un décompte syndical totalisant 16´500 personnes, assorti d’un total escompté de 20’000.

Le député Sylvain Thévoz s’est emparé du sujet en publiant une question urgente écrite adressée au gouvernement et intitulée «Combien étaient-elles à Genève: 12’000, 20’000, 30’000?» Pour le parlementaire, cette question comptable revêt un «poids politique»: «Il est donc démocratiquement important d’en rendre fidèlement compte avec une grande fiabilité», écrit-il, tout en demandant si «sous-estimer ce nombre de 50% peut-il être considéré comme une manière de minimiser cet élan». Et d'évoquer la possibilité de confier ce genre de comptage à une «entité neutre, objective et outillée».

Interpellé à nouveau ce samedi, le service de presse de la police cantonale relativise ses affirmations de la veille. «Le comptage était compliqué car la tête du cortège rejoignait sa queue voire la dépassait, explique Silvain Guillaume-Gentil, officier de presse. Les syndicats ont articulé un chiffre au-delà de 15’000 et nous ne le remettons pas en cause.»

Dans un communiqué diffusé samedi en fin de journée, le Collectif genevois pour la Grève féministe estime l’affluence à 30.000 participants. «Partie de la Plaine de Plainpalais à 17h05, le cortège d’une longueur d’environ 2.5 kilomètres a terminé en beauté place Neuve à 20h30 en passant par le Pont du Mont blanc totalement submergé par cette vague féministe», peut-on lire.

Créé: 15.06.2019, 12h46

Articles en relation

Récit en violet d’un 14 juin tout feu tout femmes

Grève des femmes Au plus fort de la manifestation, environ 20 000 femmes et quelques hommes ont marché pour exiger l’égalité et le respect dans tous les domaines. Plus...

Dans la Berne fédérale, un tampon hygiénique et un fossé politique

Grève des femmes La grève des femmes suscite l’enthousiasme à gauche. À droite, on se montre réservé voire, hostile à l’UDC. Reportage. Plus...

15h24: l'heure de demander une augmentation

Grève des femmes Marre de gagner moins que vos collègues masculins? Trois conseils pour négocier efficacement votre salaire. Plus...

Suivez en direct la journée d'action des femmes à Genève

Égalité Piquets matinaux, pique-niques féministes, grande manifestation à 17 heures et soirée festive aux Bastions au programme de la grève des femmes, ce vendredi. Plus...

La grève des femmes vue de l’étranger

14 juin 2019 La grève interpelle nos voisins. L’événement est suivi de près. Notre revue de presse Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.