«On nous prend souvent pour des idiotes. C’est pénible»

Femmes inspirantesBaptisée «Reine de la nuit», Janine Dunand s’en amuse, elle qui a une vie très rangée. Elle aime moins les clichés sur les femmes…

Janine Dunand.

Janine Dunand. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Janine Dunand dirige le Java Club qu’elle a créé de toutes pièces en 2005 dans un grand espace en sous-sol. «Je l’ai conçu sur tous les plans, depuis l’agencement jusqu’à la musique en passant par le choix du personnel. Cela dit, la nuit se prépare surtout de jour: s’occuper du personnel, 40 personnes, bien les choisir, les motiver, les entraîner à faire toujours mieux, à retrouver de nouvelles idées. Sans l’équipe, on ne fait rien. Ensuite, nous organisons des soirées à thème, il faut chercher les artistes, faire les contrats, inviter des DJ médiatisés. Je suis au club trois soirs par semaine.»

Ce qui passionne Janine Dunand? «Les gens, définitivement, le contact humain, voir des personnes, la diversité des parcours, des vies, j’ai vraiment choisi ce métier pour toutes ces raisons. Car à la base, je suis enseignante du primaire et je donnais des cours de français et d’histoire pour les collégiens qui passaient la maturité. J’ai beaucoup aimé enseigner.» C’est sans doute pour cela que son rêve, c’est «l’éducation pour tout le monde qui sauverait la planète».

Grappiller des connaissances

Mais, dans le désordre, c’est l’amour de la danse, une première discothèque achetée par son mari (le regretté Midnight), la période de l’émergence des radios FM, puis le succès du Baroque, place de la Fusterie, qui ont fait d’elle la "Reine de la nuit", «ce qui me fait sourire car je ne bois pas, ne fume pas et j’ai une vie très rangée».

Parmi ses soutiens, il y a eu ses parents, son mari qui lui a enseigné les affaires, la comptabilité, et puis toutes les rencontres qui lui ont permis de grappiller des connaissances: «Il faut regarder autour de soi et acquérir des savoirs».

Chat porte-bonheur

Pas étonnant dès lors que les personnes qui l’inspirent soient des hommes politiques, des gens intelligents, des écrivains, des journalistes, «un concierge avec lequel je discutais beaucoup et des femmes comme Françoise Sagan ou Simone Veil, et toutes celles qui se battent courageusement partout dans le monde pour leurs droits». Cette battante relève toutefois qu’encore aujourd’hui, c’est deux fois plus difficile pour les femmes: «On nous prend souvent pour des idiotes, il faut toujours prouver plus, être vigilantes pour ne pas se faire avoir, c’est pénible.»

Janine Dunand est fière de son parcours, d’avoir fait cavalier seul, de s’être battue comme une lionne pour y arriver. Félins encore, elle a une passion pour ses deux chats et conserve un chat en porcelaine chinoise offert comme porte-bonheur.

Créé: 08.11.2019, 09h08

Articles en relation

L’année violette célèbre 100 femmes

Égalité Un groupe d’experts universitaires et des professionnels d’autres horizons s’apprêtent à honorer toutes ces femmes inspirantes. Plus...

Malaise sur les bustes

Statuaire genevoise Cette forme de mémorialisation participe-t-elle à l’invisibilisation des femmes? À l’Université de Genève, le débat s’est ouvert. Plus...

Il y aura plus de femmes et plus de mères au Palais

Le Matin Dimanche C’est inédit: 41% des sièges du Conseil national seront féminins. Beaucoup de clichés sont ainsi brisés, sauf celui d’un parlement de plus en plus élitaire. Plus...

Femmes tabassées en Vieille-Ville: liberté refusée à l’un des suspects

Agressions devant le Petit Palace L’homme voulait être confronté aux victimes et obtenir sa libération provisoire. Deux requêtes écartées par la justice française. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...