Les premiers secours à portée de main grâce à une école

SantéDes élèves de la Haute école de santé ont élaboré une application mobile pour les animateurs du parascolaire. Elle rappelle les gestes qui sauvent

Benjamin Dixon, 23 ans, en troisième année.

Benjamin Dixon, 23 ans, en troisième année. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une petite fille gît sur le sol, à côté du toboggan. Elle ne bouge plus, inconsciente. Que faire? L’animateur parascolaire a bien eu quelques cours de premiers secours mais c’était il y a longtemps… Il sort alors son natel, ouvre une application et des instructions pour gérer cette urgence s’affichent instantanément. Cette situation est encore utopique mais elle sera bientôt réelle. Des étudiants de la Haute école de santé de Genève (HEdS) ont en effet développé une application pour mobile destinée à rappeler les bases des premiers secours aux animateurs du Groupement intercommunal pour l’animation parascolaire (GIAP).

Pense-bête dans la poche

La HEdS et le GIAP collaborent depuis neuf ans. Les étudiants en soins infirmiers dispensent une formation de premiers secours — excepté le chapitre «réanimation» — aux animateurs parascolaires. Près de 1300 collaborateurs ont ainsi été sensibilisés. «Les élèves de 3e année forment les 2e année, qui à leur tour dispensent cette formation au GIAP, rapporte Lolita Loureiro, chargée d’enseignement à la HEdS. C’est un enseignement en cascade.»

Il y a quelques mois, dans le cadre du cours qu’elle coanime avec son collègue Aurèle Sagne, l’enseignante demande aux futurs infirmiers d’élaborer un projet sur un semestre. Une dizaine d’entre-eux choisissent de créer un support pour la formation du GIAP. «En parlant avec des animateurs, on s’est rendu compte qu’en situation d’urgence, ils ont parfois des hésitations sur la manière d’agir ou manquent de confiance en eux, même s’ils ont été formés, rapporte Benjamin Dixon, 23 ans, en troisième année. Nous avons alors voulu créer une application mobile, qui agirait comme un pense-bête, un condensé des connaissances.» Les étudiants font appel à un graphiste et à un programmeur, et au fil des semaines, l’application prend vie. Elle est organisée en sections, basées sur les cas les plus fréquemment pris en charge par les urgences pédiatriques, de la lésion de la colonne à l’intoxication. Pour chaque section, une fiche dispense des instructions de premiers secours.

Le texte est volontairement réduit au minimum, «l’essentiel de l’information est traduit en photos, explique Benjamin Dixon. Cela permet une compréhension rapide et c’est un langage universel.»

Du côté du GIAP, l’application est plébiscitée. Pour son directeur, Nicolas Diserens, «c’est un outil supplémentaire pour garantir la sécurité des enfants qu’on nous confie. C’est un pense-bête qu’on a toujours sous la main.»

Réservé à un public précis

Seul bémol: l’application est réservée aux collaborateurs du GIAP uniquement. Pourquoi? «Il existe déjà des applications générales (lire encadré), nous voulions un outil qui soit une continuité de notre formation et qui s’adresse à un public précis», explique Benjamin Dixon. Lolita Loureiro ajoute: «L’outil n’est pas adapté aux néophytes car ce n’est pas l’objectif. Mais qui sait, un jour nous pourrions développer une variante!»

L’application en est encore au stade du prototype mais les élèves peuvent compter sur le soutien du directeur de la HEdS, Daniel Petitmermet, pour la concrétiser. «Nous souhaitons que nos étudiants soient sensibilisés aux problèmes de santé publique et adoptent une posture d’acteur du système de santé; ce projet répond parfaitement à cela!» (TDG)

Créé: 05.02.2015, 20h50

L'application de la Croix-Rouge

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Articles en relation

Les promeneurs des bains des Pâquis ont assisté à des accouchements

Animation Dans le cadre de la Journée mondiale de la sage-femme, les étudiantes de la HES santé de Genève ont promu lundi l'art du métier aux bains des Pâquis. Plus...

Peluches et bambins affluent en masse à l'hôpital des nounours

Quai du Mont-Blanc L'événement organisé par les étudiants en médecine accueillera quelque 3000 enfants, soit dix fois plus qu'à ses débuts. Plus...

L'application de référence en Suisse

La Croix-Rouge a développé l’an passé une application gratuite, «Premiers secours», en collaboration avec les organisations de sauvetage, dont la Rega et l’Alliance suisse des Samaritains. Elle est vite devenue une référence en la matière. L’application propose une marche à suivre pour une multitude de situations d’urgence, de la réaction allergique à la fracture, de l’arrêt cardiaque à la crise d’épilepsie. Un petit film et des graphiques animés accompagnent la plupart des thèmes et indiquent les mesures à prendre. Un onglet «appeler le 144» permet de déclencher l’appel d’urgence directement depuis l’application. Enfin, «Premiers secours» permet également de consolider ses connaissances grâce à des quiz interactifs et didactiques sur les divers cas d’urgence.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...