La première «plastic attack» genevoise a eu lieu à Thônex

EnvironnementCe mouvement né en mars en Angleterre dénonce les emballages plastiques inutiles. Une association veut multiplier les actions de ce type à Genève.

La «Plastic Attack» a eu lieu devant le magasin Migros pour dénoncer le suremballage.

La «Plastic Attack» a eu lieu devant le magasin Migros pour dénoncer le suremballage. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une «plastic attack». C’est le nom de l’action qui s’est déroulée ce vendredi devant le magasin Migros de Thônex. Elle s’inspire du mouvement du même nom lancé en mars en Angleterre pour dénoncer le suremballage des produits dans les grandes surfaces et son impact environnemental. Sur le trottoir de la rue de Genève, les clients étaient invités à retirer tous les plastiques superflus de leurs achats et signer une pétition demandant à Migros de proposer les produits M-Budget en vrac ou dans des emballages recyclés. Virginia et Émilie Tournier, les deux fondatrices de l’association Naries, qui lutte pour la biodiversité, ont l’intention de multiplier ces actions dans les mois à venir.

Cet après-midi aux environs de 15 h, les contenants laissés par les consommateurs remplissaient tout juste un chariot du supermarché thônésien. «Nous nous attendions à en collecter davantage, mais nous sommes vendredi et beaucoup de personnes rejoignent le parking directement par le magasin, sans passer devant notre stand», précise Émilie Tournier.

Parmi les clients abordés, la très grande majorité réagit «très bien», observent les deux jumelles. Plusieurs, au courant de l’action par les réseaux sociaux ou des proches, ont même pris les devants. «J’ai amené des tupperwares pour la viande et des sacs en tissu pour les légumes, explique Claudine, 62 ans, en déballant ses achats. Ce n’est pas très compliqué, il suffit de s’organiser un peu.» A sa droite, Sonia, 25 ans, a également apporté «une boîte pour de la farine ou le sucre» et des filets pour les produits frais. «À force d’être exposée à cette problématique sur les réseaux sociaux, je fais attention à mes déchets depuis quelques mois», confie la jeune femme.

Les sœurs Tournier, appuyées par de plus en plus de clients sensibles à cette cause, arriveront-elles à faire plier le géant orange? «Migros attache une grande importance à l’emballage, d’autant plus qu’elle détient sa propre industrie, répond le porte-parole de l’entreprise, Tristan Cerf, au courant de l’action. Partout où c’est possible, nous réduisons ou éliminons l’emballage et utilisons des matériaux plus écologiques, par exemple du papier provenant de sources durables (FSC) ou des sachets plutôt que des boîtes de conserve.»

Autrement dit, circulez, il n’y a rien à voir? «Nous étudions les écobilans des différents emballages pour décider de la solution retenue, détaille le porte-parole. En passant des boîtes en carton aux sachets en plastique fins, Migros a par exemple réduit de 65% l’impact environnemental de l’emballage du quinoa bio. Certes, un kilo de plastique pollue davantage qu’un kilo de verre ou de carton, mais les emballages en plastique nécessitent souvent beaucoup moins de matériau que ceux en verre, en carton ou en papier. Ils sont donc la plupart du temps bien plus légers, ce qui permet d’économiser des ressources et de réduire la pollution liée au transport.»

Quant à la généralisation du vrac, Tristan Cerf émet des réserves. «Certains produits frais non protégés par des emballages et manipulés par des centaines de mains peuvent rapidement devenir impropres à la vente et à la consommation», signale-t-il. Une expérience pilote pour la vente en vrac de riz, de légumineuses et de fruits secs est actuellement menée à Balexert. (TDG)

Créé: 01.06.2018, 19h31

Articles en relation

Les bons réflexes à adopter au quotidien

Plastique Mis à part le PET, bien identifié, trier le plastique est une jungle. Mais limiter l’emballage en amont est encore la meilleure solution Plus...

Cinq héros en guerre contre le plastique

Engagement Actifs sur le terrain ou éveilleurs de consciences, ils sont nombreux à vouloir libérer la planète de cette matière qui l’étouffe. Plus...

Distribution et industrie peinent à se désintoxiquer du plastique

Suremballage Tout en disant prendre le problème à cœur, les grands groupes restent opaques sur leur consommation de matière synthétique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.