La première «Maison de santé» inaugurée à Genève

SoinsUrgences, consultations, imagerie, pharmacie réunies en un seul lieu: Cité  générations offre un nouveau modèle de soins.

Le Dr Philippe Schaller, ému lors de l’inauguration de Cité générations, vendredi à Onex. MAURANE DI MATTEO

Le Dr Philippe Schaller, ému lors de l’inauguration de Cité générations, vendredi à Onex. MAURANE DI MATTEO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Face à une population qui vieillit, se fragilise et souffre de plus en plus de maladies chroniques complexes, l’hôpital ne suffit plus à répondre aux besoins. De nouveaux modèles de soins sont à inventer. L’idée anime depuis des années les médecins Philippe Schaller et Marc-André Raetzo — fondateurs du Groupe médical d’Onex — qui ont ouvert, en mai 2012, Cité générations. Inaugurée vendredi en présence de la maire d’Onex, Carole-Anne Kast, et du conseiller d’Etat Mauro Poggia, cette «Maison de santé» vise à éviter les hospitalisations inutiles ou les placements prématurés en EMS.

L’originalité de la structure, qui serait unique en Suisse, consiste à offrir une palette de services de santé sous un même toit. Au 98, route de Chancy se trouvent ainsi réunis un centre d’urgences ouvert 24 h sur 24, des cabinets de médecins généralistes et spécialistes, un centre d’information de l’IMAD (soins à domicile), un centre d’imagerie, une pharmacie et quelques lits pour des hospitalisations de courte durée — pour soigner une pneumonie, une déshydratation ou les conséquences d’une chute, par exemple. L’idée est simple: en rassemblant les prestataires de soins sur un site, on fluidifie la communication entre soignants et on simplifie la vie du patient, qui n’a plus à courir d’une structure à l’autre.

Deux ans après son ouverture, Cité générations emploie près de 200 collaborateurs et son centre d’urgences assure 35 000 consultations par an, se félicite Philippe Schaller. «L’utopie d’hier est devenue réalité. Au départ, personne n’y croyait.»

Aujourd’hui, tout le monde dit y croire très fort. Mauro Poggia salue la vision et la créativité des fondateurs: «Cité générations représente véritablement l’avenir.» «Le projet fait sens», salue Carole-Anne Kast, car il offre des prestations de qualité et joue la carte de la proximité pour le bien-être de la population. Président de l’Association des médecins de Genève, Michel Matter juge quant à lui «l’approche particulièrement intéressante, car elle réunit des médecins et le monde paramédical».

Seul bémol dans ce concert de louanges, l’ouverture de la pharmacie dans le bâtiment fait l’objet d’un litige porté en justice, car la loi ne permet pas à une structure médicale de dispenser des médicaments. «Formalisme excessif à mon sens, mais la justice tranchera», estime Mauro Poggia.

Créé: 19.09.2014, 21h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...