La Pâquerette: députés claqués par un avis de droit

PolitiqueLe parlement va devoir se prononcer une troisième fois sur la question.

Centre de la Pâquerette (image d'archives)

Centre de la Pâquerette (image d'archives) Image: P.Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les députés croyaient avoir trouvé un bon compromis en lançant une commission d’experts externes chargés de faire la lumière sur les dysfonctionnements ayant conduit à la mort d’Adeline M., en septembre 2013. Ils devront à nouveau se prononcer sur la question, probablement en février. Comme nous l’avons révélé hier, la motion adoptée en août pose problème, selon le bureau du Grand Conseil, qui a communiqué jeudi à ce sujet. Réactions.

«Nous avons décidé de transmettre dans les prochaines semaines au Grand Conseil un rapport pour expliquer en quoi il sera difficile d’appliquer la motion telle quelle. L’avis de droit que nous avons demandé sera mis en annexe, explique Antoine Droin, président du parlement. Deux points ne sont pas réalisables et les experts auront accès à très peu d’éléments.»

La motion parlementaire demande notamment aux experts de se prononcer sur le blâme infligé par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à la directrice de La Pâquerette, cette unité de sociothérapie pour détenus dangereux. Autre élément délicat: juger la pertinence de la nomination de l’avocat du conjoint d’Adeline M. à la présidence des HUG.

Le parlement a-t-il mal travaillé? Le député UDC Thomas Bläsi, à l’initiative du projet qui se voulait apolitique, fait son mea culpa. «Malgré tous nos efforts, nous n’avons pas encore trouvé la bonne formule, mais il faut réessayer.» Les options possibles? Soit cette motion est mise en œuvre, quitte à gérer des complications juridiques. Soit le législatif remet les choses à plat, en déposant un amendement ou une nouvelle motion. Soit il opte pour la commission extraparlementaire. Mais celle-ci a déjà été refusée lors d’un premier vote. Las, les députés pourraient aussi abandonner l’idée d’une nouvelle enquête.

Le collectif Justice pour Adeline, lui, ne baisse pas les bras. Dans un communiqué, il fait part de sa consternation et espère qu’une solution sera trouvée à cette «impasse juridique». «Le collectif comptait sur le courage politique du Grand Conseil pour mettre en place rapidement une commission d’enquête indépendante chargée d’analyser les dysfonctionnements au sein des services de l’Etat et des HUG qui ont conduit à l’assassinat d’une de leurs employées par un détenu placé sous la surveillance de l’Etat.» Les proches d’Adeline M. rappellent que la population s’était mobilisée en juin, à travers une pétition réunissant plus de 4000 signatures, pour soutenir une démarche citoyenne demandant que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame.

Créé: 08.01.2015, 20h23

Articles en relation

La Pâquerette: l’appel aux experts est bloqué

Drame d'Adeline M. Le bureau du Grand Conseil a demandé un avis de droit pour évaluer la future mission des experts, qui s’avère problématique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...