Passer au contenu principal

En poste à Genève, il est pressenti pour rejoindre Macron à l’Elysée

Alexis Kohler, haut cadre à Genève, pourrait être nommé secrétaire général de l’Elysée, un poste clé dans le dispositif présidentiel.

Emmanuel Macron et Alexis Kohler le 7 mars 2016 à Matignon.
Emmanuel Macron et Alexis Kohler le 7 mars 2016 à Matignon.
AFP

C’est la surprise genevoise de l’élection présidentielle française. Alexis Kohler, directeur financier de l’entité croisière de la multinationale Mediterranean Shipping Company (MSC), basée à Genève, est pressenti pour devenir le bras droit d’Emmanuel Macron. Rien n’est encore officiel, mais Paris Match et Libération annoncent déjà qu’il sera le nouveau secrétaire général de l’Elysée. C’est l’une des fonctions les plus importantes de la République française.

Né à Strasbourg, le quadragénaire a posé ses valises à Genève il y a plusieurs mois, où il vit une partie de la semaine. Au siège du numéro 2 mondial du fret maritime, situé à Champel, c’est «no comment». La multinationale ne s’exprime pas sur les engagements personnels de ses employés, fait savoir un porte-parole. Contacté ce lundi, Alexis Kohler n’a pas encore répondu à notre demande. Il faut dire que ce diplômé de Sciences Po, de l’Ecole nationale d’administration (ENA) et de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) a déjà un agenda de ministre. Il s’est engagé tout au long de la campagne d’Emmanuel Macron et a même participé à toutes les réunions préparatoires du mouvement En Marche!. Décrit comme discret et grand travailleur, Alexis Kohler a été le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique entre 2014 et 2016. Auparavant, il a officié comme directeur de cabinet adjoint de Pierre Moscovici, alors ministre de l’Economie et des Finances.

Alexis Kohler deviendra-t-il le principal collaborateur du chef de l’Etat? «Ce n’est pas impossible, mais cela reste, à ce stade, une rumeur. Il faut attendre la passation des pouvoirs pour le savoir», réagit Joachim Son-Forget, référent pour la Suisse d’En Marche!, dans le train qui le ramène de Paris à Lausanne. Que sait-il de lui? «Alexis Kohler a le profil du haut fonctionnaire discret et bosseur qui a le sens régalien. Il fuit les caméras. Il ne s’est pas affiché avec les militants en Suisse. Il compte parmi les fidèles d’Emmanuel Macron et a sa confiance.»

Dans le milieu politique genevois, ce nom reste inconnu. Seul Guillaume Barazzone, maire de Genève, peut en parler. «Je l’ai rencontré récemment à titre privé grâce à un ami commun. Ce qui m’a frappé chez lui, c’est son intelligence vive, la clarté de ses idées sur l’état de la France et sa vision pour son pays. Il est très intéressé par ce qui fonctionne en Suisse, en particulier par le système de l’apprentissage.» La revalorisation de la formation duale figure d’ailleurs au programme d’Emmanuel Macron. On n’en saura pas davantage sur l’entrevue entre l’élu PDC et le partisan du mouvement En Marche!.

Fin du suspense probablement lundi prochain.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.