Passer au contenu principal

Politique sociale: quel bilan?

Arrivé au terme de cette législature, force est de constater que le bilan de la politique sociale menée depuis plus de quatre ans dans notre canton peine à convaincre totalement. Les derniers rapports parus dans ce domaine continuent d’épingler les uns après les autres les nombreuses faiblesses d’un système social genevois semble-t-il privé d’une vision politique claire et précise. L’évaluation par la Cour des comptes de la politique publique de réinsertion professionnelle des chômeurs en fin de droits (rapport No 87), en avril 2015, dressait un bilan pour le moins sévère de l’efficacité des dispositifs étatiques existants en termes de prise en charge et de réinsertion professionnelle, largement déficitaires.

Si le chômage a baissé, n’est-ce pas la conséquence d’une meilleure performance économique?

Le rapport d’évaluation finale, par Evaluanda, du dispositif d’insertion professionnelle de la LIASI (RD 1146), en avril 2016, constatait que l’objectif premier d’un retour rapide à l’emploi des bénéficiaires de l’aide sociale n’a pas été atteint, raison pour laquelle le PDC a déposé une motion, adoptée par le Grand Conseil, invitant le Conseil d’État à mettre en œuvre toutes les recommandations figurant dans ledit rapport. Le rapport du Conseil d’État au Grand Conseil sur la pauvreté à Genève (RD 1155), en août 2016, esquissait un tableau préoccupant du risque de pauvreté d’une partie de la population de notre canton.

Le troisième rapport de l’Observatoire de l’aide sociale et de l’insertion (OASI), en novembre 2016, faisait état des nombreuses difficultés rencontrées par les professionnels et les bénéficiaires de l’aide sociale, faute d’un accompagnement social réel et de moyens logistiques suffisants.

Récemment, le Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé annonçait des mesures concernant les candidats à l’emploi (l’allocation cantonale complémentaire «A50+» et l’allocation-pont «APont»). Elles montrent la faillite des mesures de lutte contre le chômage et de réinsertion pour les 50 ans et plus. Destinées à assurer une fin de carrière plus sereine à cette population cible, ces mesures ne répondent en aucun cas aux conditions-cadres réclamées par les milieux économiques afin d’alléger les charges sociales qui la caractérisent. Si le chômage a baissé dans notre canton, n’est-ce pas la conséquence d’une meilleure performance économique? Qu’en est-il de l’utilisation des mesures du marché de l’emploi? Est-ce que les mesures octroyées aux chômeurs sont pertinentes et répondent aux besoins des employeurs? Le rapport d’Evaluanda mentionné plus haut relevait le manque de contact entre les conseillers de l’OCE et les entreprises…

Le PDC soutient la mise en place de projets pilotes afin de tester des idées innovantes. Il dépose une motion demandant la mise en place de soutien à la création de micro-entreprise par des personnes en fin de droits du chômage ou bénéficiaires de l’aide sociale.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.