Passer au contenu principal

Les policiers inquiets de devoir signer les amendes

La loi oblige désormais les agents municipaux et cantonaux à inscrire leur nom et leur prénom sur les amendes d’ordre. À Genève, on craint pour leur sécurité.

Pour la première fois, un thème commun réunit policiers municipaux et cantonaux. De gauche à droite : Cyril Nobs, David Desplands, Cédric Wider, Damien Menetrey, policiers municipaux et Marc Baudat, policier cantonal.
Pour la première fois, un thème commun réunit policiers municipaux et cantonaux. De gauche à droite : Cyril Nobs, David Desplands, Cédric Wider, Damien Menetrey, policiers municipaux et Marc Baudat, policier cantonal.
Laurent Guiraud

Sur l’amende glissée sur votre pare-brise figure depuis janvier l’identité de celui qui vous a verbalisé. Qu’il soit policier municipal ou cantonal, ou encore employé de la Fondation des parkings, l’agent a l’obligation d’inscrire son nom et son prénom sur chaque amende d’ordre qu’il inflige, à la place de son matricule, comme auparavant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.