Passer au contenu principal

Les policiers genevois rejettent le projet de loi sur la police

Ils refusent que leur statut soit ramené à celui d'un simple fonctionnaire. Les syndicats proposent un texte alternatif.

Christian Antonietti, président de l'Union du personnel du corps de police. A sa droite, Me Jacques Roulet avocat associé à l'élaboration du projet de loi présenté par le syndicat, A sa gauche, Stefano Ventre du Syndicat du personnel de la sécurité internationale.
Christian Antonietti, président de l'Union du personnel du corps de police. A sa droite, Me Jacques Roulet avocat associé à l'élaboration du projet de loi présenté par le syndicat, A sa gauche, Stefano Ventre du Syndicat du personnel de la sécurité internationale.
keystone

La préparation d’une nouvelle loi sur la police par le Département de la sécurité et la Direction de la police met le feu aux poudres. Le texte, mis en consultation il y a deux mois, fâche les syndicats de la gendarmerie (UPCP), de la police judiciaire (SPJ) et de la sécurité internationale (SPSI). Mercredi, les policiers ont adressé à la conseillère d’Etat Isabel Rochat des propositions à travers… un contre-projet de loi. Une démarche exceptionnelle dans le milieu syndical, mais légale. Ils brandissent également la menace d’une initiative populaire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.