Passer au contenu principal

Une policière de 26 ans percutée par des malfrats

Après une course-poursuite entre Vaud, Genève et la France suite à un vol de caravane, une gendarme vaudoise a été grièvement blessée à Thoiry.

Une gendarme vaudoise a été grièvement blessée, dimanche aux petites heures du matin, à Thoiry (F), lors d'une course poursuite qui a opposé les forces de l'ordre à des individus qui venaient de voler une caravane.
Une gendarme vaudoise a été grièvement blessée, dimanche aux petites heures du matin, à Thoiry (F), lors d'une course poursuite qui a opposé les forces de l'ordre à des individus qui venaient de voler une caravane.
Keystone
Les voleurs tiraient la caravane derrière leur voiture. La caravane a été volée à Etagnières (VD) peu après 04h00 et le convoi a été repéré sur l'autoroute Lausanne-Genève.
Les voleurs tiraient la caravane derrière leur voiture. La caravane a été volée à Etagnières (VD) peu après 04h00 et le convoi a été repéré sur l'autoroute Lausanne-Genève.
Keystone
La procédure est entre les mains de la gendarmerie de Thoiry, les faits s'étant produits en France.
La procédure est entre les mains de la gendarmerie de Thoiry, les faits s'étant produits en France.
Keystone
1 / 5

Une course-poursuite a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, démarrant sur le canton de Vaud, avant de transiter sur territoire genevois et de terminer sa folle échappée en France, à Thoiry, a révélé la «Tribune de Genève». Une gendarme vaudoise de 26 ans a été sérieusement blessée à la tête et à plusieurs membres. La victime est soignée aux HUG.

À la base de cette étonnante course intervient le vol à Étagnières (VD), autour de 4 h du matin, d’une caravane que les chauffards ont tirée derrière une Audi immatriculée dans la région lyonnaise. C’est à la hauteur du restoroute de La Côte que les malfrats ont été repérés la première fois et que la course-poursuite a démarré, selon le service de presse de la police vaudoise, avant de se terminer devant le centre commercial de Val Thoiry. C’est là que les chauffards ont délibérément percuté une voiture de police et que la gendarme vaudoise a été grièvement blessée. Après le déclenchement de leurs airbags, deux suspects sont partis à pied. Ils ont été interpellés.

«Dès que l’on a été mis au courant de l’accident, on a appelé le 144», explique Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise, relevant que «passablement de moyens ont été engagés» de leur côté. Selon nos renseignements, les secours français ont décidé d’intervenir sans l’aide de leurs homologues suisses. Il a fallu près de trente minutes pour que les premiers secours arrivent, puis un autre délai avant l’intervention du médecin. Les policiers sur place ont eu peur de voir leur collègue, alors dans un état critique, décéder.

Du côté de la police genevoise, des voix s’étonnent du temps qu’il a fallu aux secours, puis au médecin, pour arriver sur place. Convaincues qu’une ambulance suisse aurait pu intervenir très rapidement, elles se demandent pourquoi aucune demande d’aide auprès des services sanitaires genevois n’a été actionnée.

Selon Nicolas de Saussure, porte-parole des HUG, rien ne permet d’affirmer que les services d’urgence suisses auraient été plus rapides. «Cela dépend notamment de l’endroit où ils se trouvent au moment de l’appel et de leur disponibilité.» La gendarme blessée a finalement été transférée aux HUG dans un état grave. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Dimanche, le cabinet du préfet de l’Ain a donné des précisions chronologiques. Un véhicule de secours est arrivé sur les lieux de l’accident à 5 h 15, soit vingt-quatre minutes après l’appel du 144 au Samu. Le communiqué explique que le véhicule a été ralenti par l’embouteillage généré par l’accident. Une équipe médicale est arrivée sur les lieux à 5 h 25. «Compte tenu des circonstances et notamment des difficultés à arriver sur le lieu de l’accident, en l’état, il n’apparaît pas que les délais d’intervention des secours aient été anormalement longs», selon la préfecture.

Avant l’accident, des patrouilles de gendarmerie ont tenté d’arrêter les suspects à la jonction de Coppet puis à la douane de Chavannes-de-Bogis, où le conducteur de l’Audi a violemment heurté un véhicule de police.

Les suspects sont deux Français, âgés de 31 ans, sans domicile connu. Ils se trouvent en garde à vue auprès des autorités françaises et une information judiciaire pour tentative d’homicide a été ouverte. Une collaboration est engagée entre le canton de Vaud et la France pour la suite de l’enquête.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.