Une policière de 26 ans percutée par des malfrats

France voisine Après une course-poursuite entre Vaud, Genève et la France suite à un vol de caravane, une gendarme vaudoise a été grièvement blessée à Thoiry.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une course-poursuite a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, démarrant sur le canton de Vaud, avant de transiter sur territoire genevois et de terminer sa folle échappée en France, à Thoiry, a révélé la «Tribune de Genève». Une gendarme vaudoise de 26 ans a été sérieusement blessée à la tête et à plusieurs membres. La victime est soignée aux HUG.

À la base de cette étonnante course intervient le vol à Étagnières (VD), autour de 4 h du matin, d’une caravane que les chauffards ont tirée derrière une Audi immatriculée dans la région lyonnaise. C’est à la hauteur du restoroute de La Côte que les malfrats ont été repérés la première fois et que la course-poursuite a démarré, selon le service de presse de la police vaudoise, avant de se terminer devant le centre commercial de Val Thoiry. C’est là que les chauffards ont délibérément percuté une voiture de police et que la gendarme vaudoise a été grièvement blessée. Après le déclenchement de leurs airbags, deux suspects sont partis à pied. Ils ont été interpellés.

«Dès que l’on a été mis au courant de l’accident, on a appelé le 144», explique Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise, relevant que «passablement de moyens ont été engagés» de leur côté. Selon nos renseignements, les secours français ont décidé d’intervenir sans l’aide de leurs homologues suisses. Il a fallu près de trente minutes pour que les premiers secours arrivent, puis un autre délai avant l’intervention du médecin. Les policiers sur place ont eu peur de voir leur collègue, alors dans un état critique, décéder.

Du côté de la police genevoise, des voix s’étonnent du temps qu’il a fallu aux secours, puis au médecin, pour arriver sur place. Convaincues qu’une ambulance suisse aurait pu intervenir très rapidement, elles se demandent pourquoi aucune demande d’aide auprès des services sanitaires genevois n’a été actionnée.

Selon Nicolas de Saussure, porte-parole des HUG, rien ne permet d’affirmer que les services d’urgence suisses auraient été plus rapides. «Cela dépend notamment de l’endroit où ils se trouvent au moment de l’appel et de leur disponibilité.» La gendarme blessée a finalement été transférée aux HUG dans un état grave. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Dimanche, le cabinet du préfet de l’Ain a donné des précisions chronologiques. Un véhicule de secours est arrivé sur les lieux de l’accident à 5 h 15, soit vingt-quatre minutes après l’appel du 144 au Samu. Le communiqué explique que le véhicule a été ralenti par l’embouteillage généré par l’accident. Une équipe médicale est arrivée sur les lieux à 5 h 25. «Compte tenu des circonstances et notamment des difficultés à arriver sur le lieu de l’accident, en l’état, il n’apparaît pas que les délais d’intervention des secours aient été anormalement longs», selon la préfecture.

Avant l’accident, des patrouilles de gendarmerie ont tenté d’arrêter les suspects à la jonction de Coppet puis à la douane de Chavannes-de-Bogis, où le conducteur de l’Audi a violemment heurté un véhicule de police.

Les suspects sont deux Français, âgés de 31 ans, sans domicile connu. Ils se trouvent en garde à vue auprès des autorités françaises et une information judiciaire pour tentative d’homicide a été ouverte. Une collaboration est engagée entre le canton de Vaud et la France pour la suite de l’enquête. (nxp)

Créé: 02.09.2018, 11h15

Des policiers toujours plus malmenés

«Nous sommes indignés de ce nouveau cas de violence à l’encontre d’un policier. Si aujourd’hui des malfrats sont prêts à tuer un policier pour une caravane volée, que seront-ils prêts à faire demain?» Respectivement présidents de l’Association professionnelle des gendarmes vaudois (APGV) et de l’Union du personnel du corps de police genevois (UPCP), Raphaël Métraux et Marc Baudat n’en reviennent pas de la détermination des voleurs. Les deux syndicats se sont fendus d’un communiqué pour dénoncer cette dérive toujours plus fréquemment observée.

«Ces faits surviennent quelques semaines après la violente agression d’un policier à Genève et représentent l’augmentation des violences à l’encontre des forces de police», communiquent les syndicats. En avril dernier, l’APGV s’était déjà inquiétée de cette tendance observée à l’échelon national dans les colonnes de «24 heures» . Selon les dernières statistiques fournies par la police cantonale vaudoise, la violence ou les menaces contre les fonctionnaires avaient augmenté de 70% entre 2016 et 2017, passant de 166 infractions à 283. «On constate plus régulièrement des cas extrêmes, comme lorsqu’un conducteur tente d’écraser un agent en s’enfuyant», s’inquiétait alors Raphaël Métraux, telle une sinistre prédiction, pour illustrer son propos.

Il en va de même sur tout le territoire national, avec une poussée de l’ordre de 12%, selon les chiffres dévoilés le 26 mars par l’Office fédéral de la statistique. La Fédération suisse des fonctionnaires de police a ainsi appelé à une hausse des peines, par le biais de son initiative «Stop à la violence contre les policiers». Trois jours de prison ferme au minimum sont requis contre les auteurs de violences. La Commission des affaires juridiques du Conseil national soutient déjà la démarche à l’étude des Chambres fédérales. Sur le plan suisse, plus de 3000 plaintes ont été enregistrées dans le courant de 2017.
Sébastien Galliker

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...