Police: pour ou contre la nouvelle loi?

Débat en ligneAprès un débat fleuve, le Grand Conseil est arrivé à un compromis pour réorganiser la police genevoise. Le texte, voté le 9 septembre, inquiète les syndicats et exaspère le MCG. Lequel a annoncé le lancement d’un référendum.

Dans la nouvelle loi, les trois services actuels (gendarmerie, police judiciaire et police de sécurité internationale) disparaissent au profit d'une organisation en cinq missions.

Dans la nouvelle loi, les trois services actuels (gendarmerie, police judiciaire et police de sécurité internationale) disparaissent au profit d'une organisation en cinq missions. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Loi sur la police (LPol) datait de 1957. Elle vient d'être soigneusement toilettée par le Parlement cantonal, après d'âpres discussions entre les partis.

Une majorité du Grand Conseil (PLR, PDC, PS et Verts) a négocié suffisamment d'accords pour que le texte passe la rampe du vote, au nez et à la barbe des élus des extrêmes (MCG, UDC, Ensemble à gauche).

Furieux de ne pas avoir été entendu sur ses exigences en matière de nationalité, le MCG, par la voix d'Eric Stauffer, a annoncé le lancement d'un référendum. Le parti populiste exigeait en effet que soit ancrée dans la loi l'obligation d'être suisse pour tous les postulants. Sans ce rempart, il prédit une déferlante de détenteurs d'un permis G - soit les frontaliers - parmi les futurs képis genevois.

Le MCG sera soutenu dans son combat par les syndicats policiers, qui dénoncent une loi «anticitoyenne» et déplorent la suppression annoncée de leurs acquis sociaux et de leurs statuts. Jeudi, le Groupement des associations de police (GAP) a décidé de soutenir «à l’unanimité tout référendum contre la LPol». Les syndicats sont prêts à récolter des signatures et le soutenir publiquement.

Trois acteurs des débats parlementaires donnent leur avis sur cette réforme:

Emilie Flamand-Lew, députée Verte au Grand Conseil, Commission judiciaire et de la police:

La nouvelle Loi sur la police comporte plusieurs éléments particulièrement positifs:

- l’introduction du port du matricule visible, un gage de transparence et de confiance dans l’institution.

- la réorganisation des services de police, nécessaire pour offrir des prestations de qualité à la population.

- la suppression de l’automaticité de l’avancement sur l’échelle des grades, au profit d’un avancement lié aux compétences et à l’expérience.

- la suppression du ratio de policiers indexé à la population, prévu à l’origine et qui aurait constitué une exception, puisque aucune autre loi n’en prévoit.

Je regrette toutefois que le Parlement ait refusé l’engagement de titulaires du permis C au sein de la police, qui aurait élargi le bassin de recrutement en permettant à celle-ci de mieux refléter la diversité de la population, comme le prévoit la loi.

Soulignons enfin la nouvelle devise de la police: «Servir et protéger la population», ce qui devrait également être au centre des préoccupations des partis, contrairement aux réflexes corporatistes que nous avons vus dans ce débat avec un MCG qui s’est fait le porte-voix des syndicats de la police.

Nathalie Fontanet, députée PLR au Grand Conseil, Commission judiciaire et de la police:

La nouvelle Loi sur la police est tout à fait satisfaisante! Les missions des policiers sont repensées afin de tenir compte de l’évolution de la criminalité et des besoins de la population en matière de sécurité. Le recrutement et la formation sont revus. Le devoir de réserve et le secret de fonction du policier sont renforcés, le port de l’uniforme est obligatoire, de même que celui du matricule, car seule une police irréprochable peut être respectée.

Si la nouvelle loi ne mentionne pas l’obligation d’être Suisse pour un policier, tel est pourtant bien le cas. Son règlement rappelle en effet que le policier doit être Suisse au moment où il prête serment. Enfin, les acquis sociaux des policiers, tels que notamment le maintien du paiement de l’assurance maladie et de l’indemnité liée aux risques du métier, sont préservés.

La nouvelle loi permet à notre police d’être plus efficace en accomplissant au mieux ses missions au service des habitants respectivement du canton et à l’Etat d’exercer de façon plus efficiente ses tâches régaliennes que sont le maintien de la sécurité et l’exercice de la force publique.

Eric Stauffer, député MCG au Grand Conseil et conseiller administratif à Onex:

Des policiers frontaliers, c’est-à-dire des permis G: c’est ce qui ressort de la nouvelle Loi sur la police. Le MCG ne peut le tolérer. Il faut graver dans le marbre la «nationalité» au moment de la prestation de serment du policier. Sinon toutes les dérives seront possibles.

L’arrogance de la majorité qui a refusé l’amendement MCG pour inscrire la nationalité suisse dans la LPol est une faute politique! Si elle l’avait accepté, le référendum aurait pu être évité. Vouloir défier le MCG sur son terroir confine à l’inconscience, surtout après le vote des P+R. Les Genevois veulent que Genève reste aux Genevois!

Il convient de préciser que les permis C peuvent déjà suivre la formation de policier et se naturaliser au moment de prêter serment, ce qui est la meilleure solution et une excellente preuve d’intégration. Il n’est pas question pour le MCG de brader la police genevoise à la France. Assez!

Après les contractuels frontaliers de la Fondation des parkings – ce qui est proprement scandaleux – la même dérive se prépare au niveau de la police, avec l’importation massive et prévisible de permis G tout à fait inadéquats pour cette profession. Disons stop! Le peuple aura le dernier mot! (TDG)

Créé: 19.09.2014, 10h54

Articles en relation

Les policiers genevois soutiendront «tout référendum »

Loi sur la police Réunis en comité, les syndicats ont décidé de soutenir tout référendum contre la loi sur la police, adoptée mardi dernier par le Parlement. Plus...

Loi sur la police: une réforme satisfaisante?

Débat en ligne Après des débats houleux, le parlement genevois est arrivé au compromis pour réorganiser la police. Le texte inquiète les syndicats et courrouce le MCG, qui menace de lancer un référendum. Selon vous, cette modernisation structurelle était-elle nécessaire? A vos plumes! Plus...

Nouvelle Loi sur la police: les syndicats sont déçus

Politique Le Groupement des associations de police décidera prochainement s’il soutient ou non le référendum contre la Loi sur la police annoncé par le MCG. Plus...

La loi sur la police est votée, le MCG annonce un référendum

Grand Conseil genevois Quatre des cinq partis gouvernementaux, PLR, PDC, Socialistes et Verts, ont accepté la loi. L'UDC, le MCG et Ensemble à Gauche l'ont rejetée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: 36% des responsables d'accident prennent la fuite
Plus...