Un pôle rock au Studio Ansermet plaît à Sami Kanaan

ProjetLe magistrat juge «très pertinent» de grouper musiques classique et actuelles dans le bâtiment mis en vente par la SSR.

Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il tient les cordons de la bourse contenant les subventions accordées aux milieux musicaux. Normal donc que le magistrat en charge de la culture pour la Ville de Genève s’intéresse de près à l’avenir du Studio Ernest Ansermet. Sami Kanaan, même s’il n’est «pas à la manœuvre» puisque le bâtiment mis en vente appartient à la SSR, «souhaite vivement qu’en raison de ses qualités acoustiques, la salle continue d’être utilisée pour le classique».

Le maire de Genève pense évidemment à préserver les intérêts de Contrechamps et de L’Orchestre de chambre de Genève (L’OCG), usagers de l’espace pour leurs concerts et leurs répétitions. «Depuis des années, nous payons à la RTS la location de la salle à raison de 100 000 francs par an, afin de la mettre à disposition de ces deux ensembles genevois, précise-t-il. Je tiens à ce que cela perdure et cela semble aussi la volonté de la RTS. Celle-ci a été correcte en nous avertissant tôt de son désir de vendre l’immeuble, et de réaliser cette opération dans un contexte bien cadré. Nous sommes en contact étroit avec son directeur Pascal Crittin.»

Fonds privés pour l’achat

Le magistrat socialiste voit d’un bon œil la création au Studio Ansermet d’un pôle dédié à la musique électrifiée, projet déposé par l’École des musiques actuelles (ETM) et soutenu par L’OCG et Contrechamps, partenaires de l’ETM (lire la «Tribune» du 15 août). Il commente: «À l’origine, le classique et les musiques d’aujourd’hui partaient chacun de son côté. Ils se sont mis d’accord à présent et tirent à la même corde, ce qui est très bien pour la recherche des fonds privés nécessaires au rachat du bâtiment. Avec un financement de la Fondation Wilsdorf, par exemple, le concept est très cohérent, parallèlement à la construction de la Cité de la musique, destinée à l’OSR et à la Haute École de musique.»

La Ville de Genève dans ce cas reconduirait sa subvention de 100 000 francs, qui serait alors affectée au fonctionnement global de la salle. Sami Kanaan: «L’idée doit bien sûr encore être affinée, la gestion précisée; et quelques travaux d’adaptation des lieux devraient être effectués pour accueillir les musiques électrifiées.»

Suivre le projet de l’UNIGE

Quant au projet de l’Université de Genève de créer dans le bâtiment du Passage de la Radio une Maison des étudiants et un lieu pour leurs activités culturelles, le conseiller administratif en charge de la culture n’en avait pas connaissance: «Le concept est intéressant aussi, en lien avec la nouvelle affection de La Comédie, qui dépend de la Ville. Je vais prendre contact avec l’Université. Mais si c’est cette solution qui devait être privilégiée par la SSR, alors je demanderais que Contrechamps et L’OGC puissent continuer de jouer et de répéter dans le Studio Ernest Ansermet.» Pascale Zimmermann

@tdgzimmermann

Créé: 17.08.2018, 17h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.