Plan-les-Ouates double un promoteur aux Cherpines

Transaction immobilièreLe Conseil municipal a décidé, lundi soir, d’acquérir deux parcelles convoitées par un acheteur pour y construire des logements sociaux.

Le MCG et le PLR critiquent l'obligation de construire des logements sociaux sur les parcelles acquises.

Le MCG et le PLR critiquent l'obligation de construire des logements sociaux sur les parcelles acquises.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plan-les-Ouates est dure en affaires. Fermement décidée à maîtriser le développement du futur quartier des Cherpines, la Commune n’a pas hésité, lundi soir, à couper l’herbe sous le pied à un promoteur immobilier. Lors d’une séance extraordinaire, le Conseil municipal a décidé, par 15 voix pour et 8 contre, d’exercer son droit de préemption – autrement dit de se substituer au promoteur dans l’acte de vente – pour acquérir deux parcelles de respectivement 6074 et 10 787 m2 pour un total de près de 8 millions de francs. But: y construire des logements sociaux.

Si l’opération peut sembler un peu «cavalière», elle est bien légale. L’Etat et les communes sont prioritaires dans l’acquisition de terrains affectés à la construction de logements. Les collectivités publiques peuvent, si elles le souhaitent, supplanter un promoteur immobilier venant de conclure un acte de vente. A une condition néanmoins: qu’elles bâtissent des logements sociaux sur les parcelles récupérées.

Gage de qualité

Pour la gauche, les Vert’libéraux et le PDC, l’acquisition de terrains par la Municipalité est un gage de qualité pour le futur quartier. «En devenant propriétaire de ces parcelles, la Commune est sûre d’être associée à la réalisation de celui-ci, elle est actrice de son développement», relève le conseiller administratif écologiste Thierry Durand. L’argument parle aux fervents défenseurs d’un écoquartier. La gauche et les Vert’libéraux manifestent déjà leur volonté de confier une partie de la construction des logements du futur quartier des Cherpines à des coopératives. «Ce type d’habitat crée des liens entre les locataires», relève le conseiller municipal socialiste Richard Jeanmonod. «C’est une clé de succès pour le quartier», souligne son collègue Vert’libéral Denis Thorimbert.

PLR et MCG opposés

Mais le raisonnement ne convainc pas une partie de la droite. Les membres du MCG et les libéraux-radicaux critiquent l’obligation de construire des logements sociaux sur les parcelles acquises. «Cela ne permet pas de mixité sociale, déplore le PLR Cédric Epenoy. Le promoteur est de toute façon obligé de prévoir 50% d’habitat à loyer modéré, cela suffit.» Autre inquiétude des opposants à l’exercice du droit de préemption: les finances de la Commune. Plan-les-Ouates peut-elle s’autoriser une telle dépense? Thierry Durand assure que les logements construits sur les parcelles de la Commune seront «autoporteurs». En d’autres termes, qu’ils ne coûteront rien aux contribuables. «Et si Plan-les-Ouates a besoin d’argent, elle peut toujours les vendre», ajoute-t-il.

Le rôle clé du PDC

Ce sera le PDC qui fera pencher la balance en faveur de la gauche. Le démocrate-chrétien Xavier Magnin rappelle l’échec du quartier du Vélodrome, où les espaces dédiés aux activités sociales manquent cruellement. «Aujourd’hui je regrette que la Commune n’y ait pas acheté de parcelle pour maîtriser son développement.»

(TDG)

Créé: 18.09.2013, 07h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

En droit suisse, un homme ne peut être violé
Plus...