À la place Sturm, le montage du Pavillon de la danse rejoue la «Saga des Géants»

Plein airLa construction de ce bâtiment temporaire est dans les mains des charpentiers et des grutiers. Passionnant.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il faudrait organiser des visites guidées, monter une estrade en bordure de site, battre le rappel des curieux et des connaisseurs. Car ce qui se joue actuellement sur la place Sturm est digne d’un grand spectacle machiné. On se croirait dans la fosse du Grand Théâtre à l’instant du changement de décor entre deux actes. Sauf que l’on est en plein air, sous le soleil d’un été qui n’en finit pas et que les machinistes aux affaires sont bronzés comme des gardiens de piscine.

Un mécano géant, c’est cela qui se donnait à voir ce jeudi à l’ombre de l’église russe. Fin août encore, un radier tout nu, une surface en béton au terrassement discret, reposant sur les mètres carrés de sol disponibles. Désormais, ce plancher en dur, promis à ne pas s’éterniser – dans sept ans, par convention passée avec le voisinage, on démonte pour aller ailleurs – dispose de murs en bois à l’élégance bluffante et d’une toiture pentue, mais pas trop, qui ne deviendra jamais terrasse. Dommage, le panorama fait se rejoindre, en un coup d’œil, ville haute et bords du lac.

Ventre artistique

Mais le plus beau se visite de plain-pied. Soit un parallélépipède de 18 mètres de large, 25 mètres de long et d’environ 9 mètres de hauteur. Le ventre artistique, si l’on préfère, de ce qui deviendra le Pavillon de la danse, premier du nom à Genève, en Suisse et loin à la ronde européenne. Un volume propice aux naissances multiples.

Alors, c’est beau? Oui, comme une fiche technique accrochée au sommet de la grue télescopique en train d’assurer le levage des éléments préfabriqués en atelier. Deux nouveaux portiques sont arrivés jeudi matin, avec une heure de retard sur le début de la représentation prévue. Leurs transporteurs, partis d’Yverdon à l’aube, étaient pris dans les bouchons à l’entrée de notre ville.

Machinos virtuoses

La suite va beaucoup plus vite. Les charpentiers sont des machinos virtuoses. Ils parlent la même langue que les deux grutiers aux manettes. Couchés et sanglés sur les camions, les cadres en bois lamellé-collé (84 au total) cachent bien leur taille. Mais quand l’engin de 40 tonnes les suspend à la verticale, on croirait revivre en temps réel la «Saga des Géants». Avec le vocabulaire qui va avec: les points d’ancrage au sol s’appellent des rotules.

On n’invente rien. On admire simplement le contremaître en train de diriger la manœuvre. Emboîtement parfait. On peut passer au portique suivant. Le Pavillon de la danse, qui a déjà sa salle construite, attend maintenant ses dépendances techniques. À la mi-octobre, le gros œuvre sera terminé. Fin du chantier: courant mars, avant la remise des clés aux utilisateurs.

Le conseiller administratif Rémy Pagani ne veut en rater aucune étape. Il dirige un département, celui des Constructions, qui aime aussi les artistes. On le croise jeudi sur la place Sturm, peu avant le passage inopiné de l’inspecteur des chantiers, lequel a moins de choses à raconter.

Impact minimisé

«C’est moi qui ai négocié la durée d’implantation de ce bâtiment temporaire avec les avocats représentant le cercle des récalcitrants, explique-t-il. Le bureau ON Architecture, qui a gagné le concours, respecte le cahier des charges exigeant, en privilégiant les modules qui constituent la partie gros œuvre. Leur assemblage est en effet passionnant à suivre. Chantier remarquable: l’impact sur le site est minimisé et tous les accès sont maintenus dans leurs configurations actuelles.»

L’Opéra des Nations est sur le point de pouvoir annoncer qu’il a un petit frère. On reviendra avant qu’il ne marche.

Créé: 19.09.2019, 19h04

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...