La place du Molard, théâtre d'un voisinage politique impossible

InsoliteLes stands du MCG et de Genève en Marche auraient dû partager le même pavé ce samedi à Genève. Rapprochement difficile, sur fond de défilé en tracteur.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans l’espace public aussi, l’année électorale démarre sur les chapeaux de roues. Avec son lot d’incongruités typiquement genevoises. Ce samedi 13 janvier, en début de matinée, le pavé de la place du Molard a été le théâtre d’un drôle de voisinage. De chaque côté de la fontaine, rehaussée de son obélisque en marbre, deux emplacements réservés à des partis politiques en campagne.

Et pas n’importe lesquels. À gauche du bassin à sec, la «Force citoyenne» de Genève en Marche ; à droite le Mouvement citoyens genevois. Leurs leaders respectifs ne se parlent plus depuis belle lurette. Proximité involontaire. Les réservations se font par Internet sur le site officiel de la Ville de Genève, qui vérifie si les formulaires d’inscription sont bien remplis avant d’attribuer les mètres carrés au sol selon un canevas arrêté de marché aux fruits et légumes. Ce samedi, les Socialistes sont à la rue de Carouge, les PDC également, mais à distance respectable, les PLR sur la plaine de Plainpalais et les UDC aux Eaux-Vives.

Pilote de tracteur

Quant à Éric Stauffer et ses nouveaux amis politiques, ils rayonnent ensemble au centre-ville. Ils ont négocié et obtenu des «élargissements», soit la présence ponctuelle d’un tracteur avec remorque, symbole du «terroir genevois, histoire de montrer concrètement que nous sommes proches des gens vrais, des personnes de souche», lance le trésorier du Genève en Marche, Jérôme Picot. Le tracteur a «son pilote, Éric, notre président.»

Ce déploiement affirmé encourage les amis d’hier à changer de trottoir et à s’installer dans le prolongement de la rue de la Croix-d’Or. «Par diplomatie», explique d’une voix détendue la présidente du MCG, Ana Roch. Elle ajoute en souriant: «Les gens ont le réflexe de nous voir sur la place du Molard. Il est bon de changer un peu ces habitudes.»

Éric Stauffer, lui, n’a visiblement pas choisi de bouleverser les siennes s’agissant de l’occupation de l’espace. Au volant de son tracteur, il franchit les voies du tram, vire à droite d’un geste sûr comme un agriculteur arrivé au bout de son champ et remonte fièrement les Rues-Basses en direction de Rive. Sa garde rapprochée est assise à ses côtés, bronzage soigné et sourire panoramique.

Miss de Corso fleuri

À l’arrière, juchées sur des bottes de paille, deux sympathisantes animent le défilé improvisé comme des Miss de Corso fleuri. Au passage ostentatoire de la chose, sur le stand du MCG, on détourne le regard et on délie les langues: «Éric Stauffer est un sans-gêne qui continue à étaler son ego à chaque occasion. Il a créé un parti aux alouettes qui n’a ni forme ni contenu en s’attribuant les pleins pouvoirs.» C’est dit.

L’intéressé, lui, revient de sa virée en machine agricole. Il commente au vol: «Beaucoup de gens ignorent encore que j’ai quitté le MCG. Ils l’apprennent aujourd’hui, à même la rue, en allant d’un stand à l’autre.» De quoi réjouir Dominique Gamberoni, vice-président de genève en Marche: «En une demi-journée, on a fait plein d’adhésions!» (TDG)

Créé: 13.01.2018, 20h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...