Quelle place pour les jeunes au parlement?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À la veille des élections cantonales, le Parlement des jeunes genevois (PJG) s’engage à soutenir la relève et la parole des jeunes en politique. L’association, composée de jeunes du canton, s’investit avec pour objectif de rendre Genève plus attractive pour la jeunesse. Car qui représente cette part non négligeable de la population dans les instances politiques? Pas grand monde, hélas. La jeunesse n’est pas ou n’est que très peu représentée au sein du Grand Conseil genevois.

Le Parlement des jeunes genevois propose une alternative à cet engagement politique partisan

Difficile alors pour les jeunes de se sentir concernés par les prises de décisions politiques s’ils ne peuvent pas défendre leurs intérêts. Nous souhaitons donc attirer l’attention sur les jeunes candidats à ces élections, ce qui représente un premier pas pour une prise en compte de la parole de la jeunesse. Les jeunes votent peu, et sans doute que le fait que leur parole ne soit ni défendue ni prise en compte lors des discussions politiques explique ce manque d’implication.

Le Parlement des jeunes genevois propose une alternative à cet engagement politique partisan et constitue une véritable plate-forme de projets en tout genre visant à améliorer la situation des jeunes genevois. En organisant diverses soirées festives, en soutenant les jeunes migrants arrivés dans le canton, en combattant le harcèlement de rue et en encourageant l’engagement des jeunes dans notre société par différents moyens, l’objectif de notre association est de faire bouger Genève, cette ville dans laquelle la jeunesse peine à trouver sa place, cette ville dans laquelle on oublie souvent d’écouter la parole des jeunes.

Oui, les élections approchent, et qui dit élection dit bulletin de vote. Un bulletin de vote qui a heureusement évolué depuis peu pour donner la possibilité aux électeurs de voter en ligne. En effet, les Genevois peuvent désormais, s’ils le souhaitent, voter par ordinateur, un nouveau système qui soulève son lot de questions et de réclamations. L’e-démocratie semble s’inscrire dans l’air du temps et offre une nécessaire et nouvelle façon de voter. Difficile de s’en plaindre. En effet, dans une société où l’on regrette sans cesse le manque de participation en politique, une innovation telle que le vote en ligne devrait être saluée par tous.

De plus, l’e-démocratie pourrait éventuellement permettre à la jeunesse de se sentir plus concernée par la politique à travers un processus électoral renouvelé. Et il nous faut encourager cela! Nous nous battons pour que l’avis de la jeunesse soit pris en compte, et la société et les instances genevoises seraient bien inspirées d’accorder aux jeunes la considération qu’ils méritent. Nous nous battons pour que la voix de la jeunesse soit prise en compte lors des processus de décision politique.

Ce sont les jeunes d’aujourd’hui qui construiront le monde de demain, alors valorisons la jeunesse!

Créé: 13.03.2018, 15h16


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...