Un piéton traverse hors des clous: 1200 francs d’amende!

Contravention Trois infractions sont reprochées à un Genevois qui marchait sur la route longeant le quai du Général-Guisan.

Le quinquagénaire a traversé puis longé la file de deux-roues. La bûche est salée.

Le quinquagénaire a traversé puis longé la file de deux-roues. La bûche est salée. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On pensait avoir tout vu en matière de contraventions qui prennent l’ascenseur. Après celles à quatre chiffres infligées à des automobilistes et scootéristes pour avoir franchi une ligne continue, voici la bûche à 1200 francs adressée à un piéton. L’homme n’en revient pas. Il a bel et bien franchi la chaussée du quai du Général-Guisan hors des clous. Mais de là à devoir verser une telle somme…

Tutoiement de trop?

Les faits datent du 12 octobre. Ce matin-là, le résident de Lancy suit son parcours habituel pour aller au travail. Il prend son traditionnel chocolat chaud chez Martel, dans les Rues-Basses, avant de remonter à pied vers son lieu de travail, sur la rive opposée. Au-delà de la rue du Rhône, le voici sur le quai du Général-Guisan. Le passage pour piétons est à quelques mètres, mais ce fonctionnaire de 56 ans décide de couper la route en biais. C’est alors qu’une patrouille de police s’arrête à côté de lui. «Une voix féminine m’a lancé: «Vous voulez mourir?» raconte-t-il. J’ai répondu que oui.» Un brin taquin, il longe alors la longue file de deux-roues empêchant l’accès au trottoir et regagne l’espace dévolu aux piétons à quelques mètres de là. L’agente de police l’attend et le verbalise.

Près de quatre semaines plus tard, la lettre recommandée n’annonce rien d’agréable. Le quinquagénaire découvre que trois infractions lui sont reprochées. La première est celle imputée à un «piéton s’étant attardé inutilement sur la chaussée». Puis il est blâmé pour son «inobservation des signes et instructions donnés par la police» en même temps qu’il est responsable d’«entrave à la circulation routière». Ces infractions ne sont-elles pas redondantes? «Un piéton peut s’attarder sur la chaussée sans pour autant créer une entrave à la circulation», fait savoir un porte- parole de la police. Résultat, les transgressions retenues lui coûtent respectivement 100, 400 et 200 francs. A ces montants s’ajoutent 500 francs d’émoluments, soit la valeur qui s’applique pour une amende supérieure à 500 francs. Total: 1200 francs.

«Comment vais-je payer une telle somme? Je travaille à temps partiel, c’est plus du tiers de mon salaire!» fulmine le piéton. A-t-il dit quelque chose qui aurait pu froisser l’agente? «J’ai l’habitude de tutoyer tout le monde, explique-il en nous tutoyant. Quand je vouvoie, c’est que je n’aime pas.» Sans doute l’agente n’a-t-elle pas interprété ainsi l’utilisation de la forme familière. Quant au porte-parole de la police, il indique que les montants inscrits sur la contravention correspondent aux infractions relevées dans le rapport, mais il rappelle que le contrevenant a la possibilité de faire opposition.

Contestation en cours

Le piéton le sait et promet qu’il ne lâchera rien. Il s’est déjà rendu à l’Hôtel de police pour tenter de faire baisser la note. «Au guichet, mon amende a bien fait rire tout le monde», assure-t-il, sans pour autant esquisser le moindre sourire. «Payer 100 ou 200 balles, d’accord. Mais 1200 francs, tu ne crois pas que c’est excessif?»

(TDG)

Créé: 14.11.2016, 18h21

La nouveauté? Le tarif, pas l’amende

Les piétons sont loin de former la première catégorie des contrevenants. Pour autant, ils ne bénéficient pas de l’immunité. La preuve, la police a infligé 321 contraventions à des «piétons s’étant attardés inutilement sur la chaussée» en 2014, 329 l’année suivante et 155 au premier semestre de cette année. L’inobservation des signes et instructions donne aussi lieu à des dizaines d’amendes par an alors que l’entrave à la circulation routière est plus rare. La nouveauté tient dans les tarifs associés aux infractions: ceux-ci sont revus à la hausse depuis octobre 2015, accompagnés d’une explosion des émoluments, à savoir les frais de procédure.

Articles en relation

Les cyclistes paient le prix fort pour leurs infractions

Mobilité douce Pro Vélo dénonce une hausse des amendes salées adressées aux cyclistes, désormais traités comme tous les usagers de la route. Sont-ils vraiment devenus «la cible des autorités»? Enquête. Plus...

Une cycliste de 73 ans reçoit 2660 fr. d’amende

Contraventions Rosmarie W. a chuté après avoir heurté une piétonne sur une zone mixte. Désignée responsable, elle dénonce une décision «injuste». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Liliane Bettencourt
Plus...