Pierre Maudet salue le oui à la laïcité: «C'est un jalon historique»

VotationsLe Conseil d'État réagit aux résultats. Le magistrat PLR dit sa satisfaction. Son collègue Mauro Poggia commente les initiatives sur la santé.

Pierre Maudet, conseiller d'État, lors du traditionnel point de presse que le gouvernement tient lors des journées de votation.

Pierre Maudet, conseiller d'État, lors du traditionnel point de presse que le gouvernement tient lors des journées de votation. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il s'agit d'un jalon historique.» Réagissant au oui à la loi sur la laïcité, le conseiller d'État Pierre Maudet, à l'origine du texte, s'est réjoui du résultat obtenu ce dimanche. Pour le magistrat PLR, la loi permettra d'assurer la neutralité de l'État face aux organisation religieuses, mais aussi de promouvoir le dialogue interreligieux.

«Le Conseil d'État est satisfait du résultat, qui marque l'abrogation définitive des lois anticléricales du passé», a commenté Pierre Maudet lors du traditionnel point de presse que le gouvernement tient lors des journées de votation. «Le texte permettra d'assurer un enseignement objectif et neutre du fait religieux dans les écoles.»

Le gouvernement doit maintenant élaborer un règlement d'application pour préciser les détails concrets, notamment s'agissant du rôle des aumôneries dans les prisons ou les hôpitaux, par exemple.

Deux recours en justice ont été déposés contre cette loi.

Également présent lors du point de presse, le conseiller d'État MCG Mauro Poggia a commenté le rejet de deux initiatives cantonales, celle sur le remboursement des soins dentaires et celle sur la caisse maladie publique.

Sur les soins dentaires, le Conseil d'État salue l'échec d'une initiative «qui apportait une mauvaise réponse en ne responsabilisant pas les habitants et en ouvrant la voie vers une LAmal No 2, avec les problèmes de coûts et de financement que l'on connaît».

La forte minorité de oui (environ 45%) incite le gouvernement à réfléchir à la prévention. «Il faut renforcer cette voie, indique Mauro Poggia. Nous allons étudier comment.»

S'agissant d'une caisse maladie publique, le Conseil d'État se réjouit également du non sorti des urnes. L'initiative «aurait généré des coûts supplémentaires sans pouvoir offrir des primes plus basses aux assurés».

Créé: 10.02.2019, 15h24

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.