Pierre Condamin-Gerbier, l'ancien patron de l'UMP à Genève, témoigne

Evasion fiscaleLe Français gérait une filiale chez Reyl. Il jure avoir appris l'affaire Cahuzac de la bouche-même des juges français qui l'ont interrogé trois fois.

Pierre Condamin-Gerbier dit ne rien avoir à se reprocher (archive).

Pierre Condamin-Gerbier dit ne rien avoir à se reprocher (archive). Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son nom a été évoqué dans la presse il y a une quinzaine de jours. Un article du journal Le Monde jette à nouveau les feux de l'actualité sur Pierre Condamin-Gerbier. Ce Français qui habite le canton de Vaud depuis 2004 est actif à Genève dans le Family Office. Cette activité est tout à la fois celle de secrétaire personnel, de régisseur, de major d’homme, de concierge général ou encore de secrétaire de conseil de famille pour les personnes ou les groupes de personnes dont la fortune se chiffre à plusieurs dizaines de millions de francs et souvent davantage.

Aujourd'hui Pierre Condamin-Gerbier jure qu'il ne gère la fortune de personne. Cette partie du Family Office est l'affaire des banques et des sociétés spécialisées. Ne donnant aucun conseil dans ce domaine, sa petite entreprise indépendante n'est pas soumise à la surveillance de la police des milieux financiers, en Suisse la Finma, présidée par la Genevois Anne Héritier Lachat.

Jusqu’en 2010, Pierre Condamin-Gerbier gérait de telles fortunes dans le cadre de la société Reyl Private Office Sarl, une filiale qu'il avait créée au sein de la société Reyl&Cie, celle qui a aidé l'ancien ministre du budget socialiste à dissimuler 600'000 euros au fisc français. «A l'époque, la société n'était pas une banque, mais un négociant en valeurs mobilières, placé sous le contrôle de la Finma», précise Pierre Condamin-Gerbier.

Le Français, qui a passé plusieurs années de sa vie à Londres, répond à la Tribune de Genève spontanément et en toute tranquillité. «Je n'ai rien à me reprocher. J'ai été auditionné trois fois par les magistrats français, dont une fois par le juge Renaud Van Ruymbeke. Ils ne m'ont guère laissé le choix. Soit je répondais, soit ils me convoquaient via une commission rogatoire. »

Y a-t-il d'autres évadés fiscaux français à Genève?

A la question des enquêteurs français de savoir si d'autres clients français avaient ouvert un compte dans l'établissement Reyl, j'ai répondu oui, évidemment, en ajoutant qu'il n'y avait à Genève guère d'établissements financiers qui n'aient pas une clientèle française. Savoir si tous les fonds gérés sont déclarés au fisc français est une autre affaire. Je n'ai jamais dit que je donnerai des noms si j'obtenais des garanties de la Suisse de ne pas être poursuivi pour violation du secret bancaire.

Avant de pouvoir enquêter plus avant, les juges instructeurs doivent obtenir une extension de la commission rogatoire de la part du procureur français. Il faut ensuite que le pouvoir politique français transmette la demande à la Suisse. Il faut encore que la Suisse accepte la demande. Elle pourrait purement et simplement la rejeter comme une pure opération de fishing (pêche aux informations sans éléments de suspicion suffisants).

Avez-vous donné le nom de Cahuzac?

Contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, je ne suis pas à l'origine de l'affaire Cahuzac. Quand j'ai été auditionné la première fois, le 13 février dernier, ce sont les magistrats qui m'ont appris la nouvelle. Ils étaient parfaitement briefés. C'est en remontant la piste d'Hervé Dreyfuss, l'homme qu'on entend sur le fameux enregistrement dévoilé par Mediapart, que les autorités sont tombés sur le nom de François Reyl, qui est son demi-frère. Je ne suis qu'un des nombreux témoins.

Et les 15 millions d'euros?

Je n'en sais rien non plus. Nos clientèles respectives étaient parfaitement cloisonnées. Je n'ai jamais entendu le nom de Cahuzac dans mes rapports professionnels. Je note que le journaliste Darius Rochebin qui a sorti ce montant n'en parle plus.

Avez-vous toujours des activités politiques?

Aucune depuis ma démission en tant que représentant de l'UMP en Suisse en décembre 2008.

A l'époque, vous aviez qualifié de panier de crabes le milieu politico-financier français de Genève...

C'est pire aujourd'hui.

Que faites-vous aujourd'hui?

J'exerce toujours le même métier depuis 18 ans, celui de régisseur indépendant ou si vous préférez de secrétaire particulier de familles fortunées, françaises et non françaises. J'ai moins d'une dizaine de clients, plus nécessiterait une infrastructure plus importante. Il s'agit pour la plupart de fortunes issues de leurs activités entrepreneuriales et non pas celle de riches héritiers.

Je peux m'occuper de tout, le secrétariat, l'organisation de manifestations privées, le suivi des activités des concierges dans leurs diverses demeures de par le monde. Je peux répondre à beaucoup de sollicitations grâce à un réseau de spécialistes dans toutes sortes de domaines. Mais je n'interviens pas dans la gestion financière de leurs biens.

Créé: 26.04.2013, 16h21

Articles en relation

«Le double langage sur l'optimisation fiscale peut nuire à notre économie»

Impôts Daniel Gremaud, associé de PWC SA, veut démontrer que les entreprises pratiquant l’optimisation fiscale sont de grands contribuables. Plus...

«Le cas de Jérôme Cahuzac, par exemple, est différent de celui de Gunther Sachs»

Evasion fiscale Spécialiste de droit bancaire, l'avocat genevois Carlo Lombardini analyse les conséquences de l’opération «Offshore Leaks». Plus...

«La Suisse doit négocier un échange d’information intéressé»

Evasion fiscale Martin Janssen, professeur à l'institut de banque et finance à l'Université de Zurich se montre critique dans le Tages-Anzeiger sur l'attitude d'Eveline Widmer-Schlumpf. Plus...

«Nous pourrons nous adapter» à l'échange d'informations

Secret bancaire Patrick Odier, président de l'Association suisse des banquiers (ASB), ne veut plus s'opposer à l'échange automatique d'informations en matière d'évasion fiscale. Plus...

Articles en relation

Affaire Cahuzac: d'autres évadés fiscaux recherchés à Genève

Evasion fiscale L'ancien président de l'UMP Suisse confirme l'existence d'autres comptes mais n'a fourni aucun nom aux enquêteurs. Plus...

«Le cas de Jérôme Cahuzac, par exemple, est différent de celui de Gunther Sachs»

Evasion fiscale Spécialiste de droit bancaire, l'avocat genevois Carlo Lombardini analyse les conséquences de l’opération «Offshore Leaks». Plus...

Le directeur de la banque Reyl entendu par le procureur

Affaire Cahuzac François Reyl, directeur de la banque genevoise, qui gère le compte non déclaré de Jerôme Cahuzac en Suisse, a été entendu à sa demande par le procureur Yves Bertossa. Plus...

«Le compte caché n'a jamais servi à financer de campagne»

Interview de Cahuzac L'ancien ministre délégué au Budget a annoncé mardi sur BFM-TV qu'il démissionnait de l'Assemblée nationale, jugeant «infiniment peu probable» un retour en politique après avoir menti sur son compte non déclaré en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...