Passer au contenu principal

Des pièces de haute couture pour petits budgets

Lancée ce printemps, la plateforme La Garde-Robe propose de louer des robes de grands couturiers à prix modeste. Succès au rendez-vous.

Nadia Khattab et Louis Gaboriau ont lancé un service de location d’habits de luxe.
Nadia Khattab et Louis Gaboriau ont lancé un service de location d’habits de luxe.
Laurent Guiraud

Porter du Givenchy, du Balmain ou du Elie Saab sans se ruiner… Un rêve de fashionista devenu réalité grâce à la start-up La Garde-Robe. Derrière ce concept inédit, Nadia Khattab et Louis Gaboriau, deux amis trentenaires genevois.

L’idée d’un service de location d’habits de luxe commence à germer dans l’esprit de Nadia à l’époque où la jeune femme est encore étudiante. «J’avais acheté une robe hors de prix aux Galeries Lafayette pour un rendez-vous galant, témoigne l’entrepreneuse de 31 ans. Prise de remords, je l’ai retournée le lendemain avec l’étiquette… Je me suis dit qu’en tant que cliente, j’aurais aimé la louer juste pour une soirée!» Un concept devenu réalité depuis quelques mois à travers une plateforme Internet qui propose à ce jour une collection de plus de 200 pièces de luxe.

Large communauté

La Garde-Robe repose sur un système de prêt entre particuliers. Les propriétaires qui désirent louer leurs pièces déposent leurs vêtements pour une durée de six mois et touchent une commission de 25% à chaque emprunt. Les prix de location varient entre 50 et 250 francs par vêtement, pour une durée de quatre à douze jours. «Pour les locataires, il suffit de sélectionner une pièce et de prendre rendez-vous via le site. Puis de se rendre au showroom pour essayer le vêtement.» Une caution est demandée pour chaque pièce. Le pressing et le service de livraison à domicile sont compris dans le tarif de base.

Le concept de la start-up rencontre un véritable succès et a fédéré des milliers d’abonnés sur Instagram. «Nous avons réussi à cibler une large communauté de femmes: avocates, futures mariées ou étudiantes… Nos clientes ont des profils très variés.»

Grâce à leur projet, Nadia et Louis ont récemment été récompensés d’une place en finale du concours annuel organisé par l’accélérateur de start-up Mass Challenge, doté d’une récompense de 100 000 francs. Le verdict est attendu pour la fin octobre. Mais les cofondateurs visent plus loin, avec la création d’un site de location en ligne sur le modèle d’Airbnb. «Notre rêve serait de nous exporter dans d’autres villes suisses.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.