Il photographie ses enfants avec des fusils

Renvoyé en jugementLe chauffeur de taxi a pris des clichés de ses bambins de 5 et 6 ans. Audience au tribunal à la fin du mois.

Image: Steeve Iuncker Gomez/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un père de famille se retrouve dans la ligne de mire de la justice genevoise. Il y a quatre ans, dans son appartement, ce chauffeur de taxi a mis des armes dans les mains de ses enfants de 5 et 6 ans avant de les photographier. Ce Suisse, séparé de leur mère, aurait ensuite publié, sur le réseau social Facebook, les images des bambins souriant en train de brandir des fusils. Des armes qui n’étaient pas chargées.

Selon une source judiciaire, ce quadragénaire genevois est désormais poursuivi pour violation du devoir d’assistance ou d’éducation. Cette affaire est une première du genre dans le canton, de mémoire de magistrat.

Condamné dans un premier temps par ordonnance pénale à 60 jours-amende avec sursis (à 80 francs le jour), cet amateur d’artillerie a fait opposition à la sanction prononcée par la procureure Dania Maghzaoui. L’homme, qui détenait également des armes dans un coffre à l’UBS, sera donc jugé le 28 mai devant le Tribunal de police.

Selon une source policière, le Genevois a été dénoncé par sa femme «dans une configuration classique de conflit conjugal». Voulait-il faire une mauvaise blague? Une provocation à l’encontre de la mère? Un appel à la violence? Le procès permettra d’en savoir plus sur les motivations de l’accusé.

Entendu notamment en 2011 par les inspecteurs de la police judiciaire dans le cadre de l’enquête, cet homme, qui n’a pas d’antécédents judiciaires, a déclaré simplement apprécier le tir. Détenteur d’un permis de port d’armes, il a d’ailleurs affirmé avoir emmené sa fille par le passé au stand de tir de Versoix. En audition, il a également expliqué qu’en Suisse, détenir une arme fait partie de la culture du pays. Une référence à la tradition du fusil militaire que chaque citoyen peut garder chez lui. A la justice d’apprécier cet argument.

Découvrez d’autres révélations sur ce dossier dans nos éditions payantes

Créé: 14.05.2013, 19h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...