Phénomène mondial, les Greeters débarquent à Genève

Tourisme alternatifUn habitant de Saint-Jean participe à un réseau qui propose aux touristes des visites de quartiers hors des sentiers battus. Genève Tourisme applaudit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Imaginez-vous débarquer dans une ville inconnue. Sur place, vous retrouvez un Greeter, soit un hôte, passionné par la cité, qui vous emmène en balade dans son quartier. Gratuitement. Voilà l’expérience menée mercredi matin à Genève par Agata et Quentin, jeunes mariés bruxellois en transit dans la cité Calvin. Ils ont contacté via Internet Alain Hirt, qui a lancé voilà un mois le site des Geneva Greeters. Phénomène mondial du tourisme alternatif, ce réseau met en relation voyageurs et habitants de quartier en fonction de leurs centres d’intérêts. «Il s’agit avant tout d’un échange,», explique son initiateur genevois, ancien employé d’une multinationale, et qui se destine désormais au tourisme.

«J’habite là.» Alain Hirt pointe son balcon orné d’un drapeau à croix blanche depuis la rue de Saint-Jean. «Tu es fier d’être Suisse?», demande Agata, touriste d’un jour à Genève. «Oui, j’aime mon pays et le promouvoir», répond Alain Hirt, passionné d’histoire et de Genève. La jeune femme le relance sur cet étrange particularisme helvète qui intrigue tant l’étranger: «Existe-t-il des tensions entre les quatre communautés linguistiques?» Vaste question. L’échange s’instaure tout en cheminant vers le viaduc de la Jonction. Prix des loyers, pénurie de logements, vie culturelle alimentent la flânerie.

Sur le pont, les deux Bruxellois découvrent un panorama époustouflant: mariage du Rhône et de l’Arve, toits de la cité léchés par une percée du soleil et l’imposant Salève sous un ciel chargé. Un point de vue hors des sentiers battus connus des seuls Genevois. «J’ai habité un an à Rotterdam, explique Alain Hirt. J’aimais emmener mes amis à la découverte de la ville, là, c’est un peu pareil.» Quentin opine: «Ce mode permet de découvrir des coins pas toujours recensés dans les guides et puis on a l’impression de visiter avec un copain. L’échange diffère d’un tour classique mené par un professionnel.»

Ravi de l’arrivée des Greeters au bout du lac, Genève Tourisme a reçu à deux reprises son initiateur. «Nous avions songé à mettre ce produit en place. Cette initiative va être soutenue d’une manière ou d’une autre par Genève Tourisme, car elle ne peut qu’augmenter la notoriété de la cité», déclare Natacha Raccimolo, directrice Accueil et Information de l’Office. La responsable, qui chapeaute également les guides professionnels, n’y voit pas de concurrence. Au contraire. «Les Greeters offrent une rencontre humaine, plus personnelle alors qu’un guide professionnel transmet un savoir patrimonial et culturel. Les deux se complètent.»

Dans le bus qui les mènent en Vieille-Ville, Alain Hirt témoigne «du plaisir de rencontrer des personnes du monde entier et de transmettre cet amour de Genève». Au pied de la fontaine de l’Escalade, le citoyen abreuve ses hôtes de détails sur la fameuse nuit du 11 au 12 décembre 1602. Les yeux d’Agata se font gourmands à l’évocation du bris de la marmite en chocolat. Visite éclair de l’Hôtel-de-Ville, la maison Tavel puis la cathédrale Saint-Pierre. Midi, déjà l’heure de se quitter. Du sac à dos, Quentin sort un paquet de sucreries polonaises en guise de cadeau. Remerciements. «Alain nous a offert un aperçu de Genève, conclut Agata, cela nous donne envie de revenir.» (TDG)

Créé: 04.09.2014, 11h59

Devenir Greeters

Lancée début août, l'association Geneva Greeters cherche des hôtes souhaitant transmettre leurs bons plans aux voyageurs de passage dans le canton. Le concept, né à New York en 1992, propose au touriste de rencontrer un habitant pour qu'il lui parle de «son» coin, «sa» ville. «Il suffit d'être enthousiaste et passionné par la ville», explique Alain Hirt, le fondateur des Greeters genevois.
Il ne se substitue en aucun cas aux guides professionnels et ne perçoit à ce titre aucun revenu ou pourboire.
Pour plus d'informations, voir le site Internet. JdW

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...