Le phare des Pâquis reçoit enfin sa carte d’identité

PatrimoineUn Genevois a retracé l’histoire du fanal construit en 1894. Jeudi, une plaque informative a été inaugurée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sa silhouette est connue de tous. Mais qui connaît vraiment son histoire? Le phare des Pâquis illumine la Rade depuis 120 ans. Eric Court, un Genevois passionné par les phares, a voulu en savoir plus sur l’illustre fanal. Depuis treize ans, il s’évertue à retracer son histoire. Le fruit de son enquête est aujourd’hui publié sur le Net. Mais c’est encore insuffisant pour mettre en valeur son histoire et honorer cet oublié du patrimoine genevois. Alors Eric Court a fait poser une plaque informative sur la porte du gardien de la Rade. «Pour partager mes recherches et pour faire vivre ce bâtiment!» sourit le jeune retraité. La plaque a été inaugurée jeudi, en présence notamment de François Gard, responsable des infrastructures portuaires et actuel gardien, et d’une descendante du premier gardien.

Désormais, le monument est sorti de l’anonymat. Touristes et Genevois curieux y liront que le premier phare des Bains a été construit en 1857, qu’il est devenu obsolète et qu’un nouvel édifice est construit pour le remplacer en 1894. A l’origine, l’optique fonctionne grâce à un mécanisme d’horloge, le gardien doit remonter ses contrepoids toutes les 72 heures! Aujourd’hui, le mécanisme a été remplacé par un moteur. Et la fonction de gardien est devenue un peu désuète. Mais François Gard veille tout de même sur le fanal, il lui rend visite une fois par mois pour s’assurer de son bon fonctionnement et se charger des réparations. Notamment du remplacement de l’ampoule qui illumine l’œil du fanal. Pour éclairer à 30 km à la ronde, il faut une ampoule avec du coffre: du 1000 watt! «Il faut la changer quatre fois par an. A cause du dégagement de chaleur elle finit par éclater!» explique le gardien.

Jeudi, la porte du phare était exceptionnellement ouverte. Après avoir gravi maladroitement la série d’échelles, voilà le sommet, à 18 mètres de hauteur. Le phare est peut-être moins connu que la cathédrale mais il peut se targuer d’offrir une vue de Genève encore plus belle! (TDG)

Créé: 21.05.2015, 20h37

Articles en relation

Le phare des Pâquis rayonne depuis 120 ans

Patrimoine L’illustre fanal de 1894 régissait le trafic lacustre. Un passionné genevois lui rend hommage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...