Le peuple refuse de façon nette les coupes budgétaires

Votations municipales La droite élargie avait économisé sept millions dans le budget 2016 de la Ville de Genève. Les habitants s’y sont opposés à 60%.

Le comité qui s’est opposé aux coupes s’est réuni hier à la Maison de Rousseau et de la littérature.

Le comité qui s’est opposé aux coupes s’est réuni hier à la Maison de Rousseau et de la littérature. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sous un soleil radieux, ils étaient nombreux dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville à arborer fièrement leur tee-shirt affichant une paire de ciseaux blanche sur fond noir. Ce symbole a été celui du mouvement La culture lutte dans la campagne contre les coupes budgétaires en Ville de Genève. Ce dimanche, il était celui de la victoire: le peuple a refusé à 60% les 7 millions d’économies réalisées dans le budget 2016. La droite élargie, majoritaire au Municipal, souhaitait ponctionner de 2,5% l’enveloppe permettant à la Ville de procéder à des achats et des mandats externes. Les associations culturelles et sociales perdaient 2% de leurs subventions contre 10% pour les fonds généraux destinés aux artistes émergents. Concrètement, l’argent bloqué depuis le début de l’année leur sera vite retourné.

«Les gens ont compris que ces coupes linéaires mettent à mal la prospérité de Genève, à laquelle la culture et le social contribuent largement, a indiqué le conseiller municipal socialiste Sylvain Thévoz à l’annonce du scrutin. Cela montre que la droite a fait fausse route. Nous espérons que ce désaveu net lui permettra de comprendre la leçon.»

L’art et la manière

Lors de la conférence de presse du comité contre les coupes, l’impressionnante mobilisation des milieux culturels a été plusieurs fois soulignée. «Nous devons maintenir l’attention afin de combattre ensemble le programme d’austérité de la droite», a précisé la Verte Marie-Pierre Theubet. Sandro Rossetti, du Théâtre du Loup, s’est réjoui d’un vote confirmant l’importance pour les Genevois de la culture indépendante. «La campagne a démontré qu’il y a des gens généreux de leur temps, dans la culture comme dans le social. Elle aura coûté environ 30 000 francs, dont 10 000 francs apportés par La culture lutte. C’est une somme très modeste. En termes de rapport entre l’engagement, l’argent et la victoire, cela n’a pas de précédent.»

Quant à la manière de procéder aux coupes, «sans concertation», elle semble avoir déplu autant que la diminution des subventions. «La droite a essayé de stigmatiser la culture alternative. Nombreux de ses représentants, qui s’engagent au quotidien, se sont sentis directement attaqués», souligne l’artiste Thomas Schunke.

Pourtant, comme l’a souligné le magistrat en charge de la Culture, Sami Kanaan, «ce n’est pas la culture indépendante qui coûte cher, mais le patrimoine et l’art lyrique. Ces économies étaient marginales pour la Ville, mais véritablement douloureuses pour ceux qu’elles touchaient.»

Un pas vers la droite

Malgré la victoire, l’Exécutif, réuni in corpore au Palais Eynard, n’a laissé transparaître aucun triomphalisme. La grande argentière, Sandrine Salerno, a d’abord déclaré sa satisfaction face à «un vote de confiance de la part des habitants de la ville sur la vision du Conseil administratif et sa bonne gestion financière». Elle a ensuite admis que la majorité de gauche de l’Exécutif est jusqu’à présent «mal parvenue» à discuter avec la majorité de droite du Municipal. «Notre volonté est aujourd’hui de dialoguer et de trouver des solutions pour ne pas camper durant toute la législature sur des postures gauche-droite qui ont pris en otage les milieux culturels et sociaux. Il y a eu une période d’acclimatation à ces nouvelles majorités. Mais elle touche à sa fin. Nous devrons peut-être être plus proactifs, afin de trouver une voie médiane et éviter un recours incessant aux urnes.»

(TDG)

Créé: 05.06.2016, 21h06

«Nous allons vers des temps difficiles»

Adrien Genecand, conseiller municipal PLR, en faveur des coupes aux côtés du PDC, de l’UDC et du MCG, réagit.

La défaite, avec 60% des voix contre vous, est écrasante…

Ce résultat ne nous étonne pas puisque les coupes linéaires ont la particularité de toucher beaucoup de monde. En face, le front était forcément magistral. Mais la coupe linéaire est l’arme classique du Délibératif. Faire des choix, ce n’est pas notre rôle: c’est celui du Conseil administratif.

Vos opposants estiment que vous devriez laisser de côté vos velléités d’économies.

Le front, sur cet objet, était tel qu’il a dépassé le clivage gauche-droite. Les gens ont dit non à une coupe linéaire, pas à notre politique d’économies. Nous avons été élus sur une majorité du peuple, qui estime qu’on doit faire attention à la dette et au budget qui augmente. Pour savoir vraiment ce qu’en pense la population, on aurait dû lui demander si elle préférerait augmenter les impôts ou diminuer les prestations. Avec une seule des deux composantes, je peux comprendre ce double non. Dans tous les cas, il ne s’agit pas d’un blanc-seing pour dépenser davantage.

Vous maintenez donc la même position qu’avant la votation?

La situation reste la même: la récession est là, les recettes fiscales baissent, sans compter la prochaine réforme sur l’imposition des entreprises qui nous impactera fortement. Il faudra trouver des économies de plusieurs dizaines de millions de francs. Des choix devront être faits. Il aurait été plus sage de prévenir tout le monde que nous allons vers des temps difficiles plutôt que de mener une campagne démagogique, laissant croire, à tort, que ces coupes mèneraient à laisser des enfants mourir de faim dans des préaux crasseux.

Les économies ne doivent donc pas attendre des jours plus sombres?

Après une campagne aussi virulente, alors que nous sommes encore à dépenser plus que les années précédentes, il va être difficile pour la gauche d’expliquer, dans un avenir proche, les coupes auxquelles elle devra forcément procéder. Nous avons perdu sur une méthode préventive. Et c’est dommage. A.VA.

Articles en relation

Les clivages restent entiers

Votations municipales Plus...

La participation genevoise: bonne, grâce au dernier rush

Votations du 5 juin La Chancellerie a enregistré 130'675 votes sur les 253'268 électeurs du canton. Plus...

Les Bains des Pâquis inquiets avant le 5 juin

Budget 2016 Une baisse des subventions affaiblirait l’association qui gère les lieux. «Nos valeurs sont attaquées», lance son comité. Plus...

Pour ou contre les coupes budgétaires votées en Ville de Genève?

Face-à-face Les électeurs de la Ville de Genève auront le 5 juin à répondre par oui ou par non à deux questions concernant le budget municipal 2016. Michèle Roullet est pour un double oui et Sandrine Salerno pour un double non. Plus...

Les coupes dans le budget 2016 mobilisent la gauche

Votations du 5 juin Les opposants aux coupes budgétaires sont montés au front. Selon eux, il s’agit de mettre un frein à la politique de la droite. Celle-ci rétorque en parlant d’un assainissement nécessaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Assemblée du PLR sur l'affaire Maudet
Plus...