Les riverains de l’aéroport déposent 4800 signatures

GenèveDix associations s’unissent pour réclamer une interdiction du trafic commercial entre 23 h et 6 h.

Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de 4800 riverains de Genève Aéroport ont signé une pétition exigeant de «pouvoir dormir sans bruit de 23 h à 6 h». Revendiquant ceci comme un droit absolu, ils ont rappelé ce lundi que plusieurs aéroports, dont Zurich, ont déjà pris cette mesure.

Dix associations se sont mobilisées à l’appel de l’Association des intérêts de Vernier Village (AIVV). Toutes réfutent les nécessités économiques avancées par le Canton dans une projection révélant le possible passage de 15 à 25 millions de passagers d’ici 2030. Les signataires craignent, au contraire, un ralentissement de la croissance économique genevoise, lié notamment à la diminution de zones potentiellement constructibles pour du logement. «Les nouvelles normes fédérales ont déjà privé de nombreux propriétaires et collectivités publiques de droits à bâtir, regrette Christina Meissner, députée UDC et membre de l’AIVV. Multiplier les vols reviendrait à augmenter sensiblement les nuisances sonores et élargir les zones non constructibles.»

«Aucune saturation»

Parmi les griefs, on note également les trajets en bus dès 9 euros, mis en place pour aller chercher des passagers à la gare de Lyon-Perrache. «Ces personnes pourraient partir de l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry ou de Paris, mais à ce prix-là, elles préfèrent décoller de Genève, s’indigne Jean-François Bouvier, président de l’AIVV. Cette stratégie vise à faire croire que Cointrin peine à assumer la demande de voyageurs locaux, alors qu’il n’y a aucune saturation, puisqu’on va même en chercher ailleurs à prix d’ami.»

Outre la pollution, dénoncée notamment par l’ex-député libéral René Desbaillets, le bruit lié est pointé du doigt. «Avec un avion toutes les 90 secondes, on arrivera à un seuil de bruit quasi continu, souligne Alain Gaumann, de l’Association des intérêts des habitants d’Aïre-le-Lignon. Sachant que la corrélation entre le bruit et les maladies cardiaques a été démontrée, nous avons affaire à un vrai problème de santé publique touchant plus de 30 000 personnes.»

Les réponses de Cointrin

Ramener à 23 h l’heure des derniers vols n’est pas d’actualité pour Genève Aéroport. «Il s’agit d’une décision politique, note son porte-parole, Bertrand Stämpfli. Mais ces pétitionnaires font preuve d’une grande méconnaissance du fonctionnement de l’aéroport.» Selon lui, Zurich a en effet ramené ses horaires à 23 h, mais il est le seul aéroport suisse de type HUB, une plate-forme desservant le monde entier par long-courrier. «Alors que Genève a un statut de point à point qui permet, par exemple, de ramener à Genève les passagers atterrissant à Zurich au-delà de 23 h.»

Une logique toutefois contestée par les riverains, qui assurent que les vols se poursuivent bien au-delà de minuit. «En ouvrant de 6 h du matin à minuit, nous sommes déjà en dessous des normes fédérales nous autorisant à débuter notre activité à 5 h», précise Bertrand Stämpfli, rappelant qu’une dérogation de vingt-neuf minutes est accordée pour les retards. «Au-delà, seul le trafic d’urgence est autorisé.» Une dérogation exceptionnelle peut néanmoins amener un avion à se poser en dehors des horaires. «La tour de contrôle fonctionne 24 h/24 h. Si un avion est en détresse, nous n’allons pas lui demander de se poser dans le lac ou d’attendre 6 h.»

Quant aux bus à 9 euros proposés sur le site Web de l’aéroport, leur mise en cause surprend le porte-parole: «Notre zone de chalandise s’étend depuis des années vers une grande partie de la Suisse, le nord de l’Italie et la France. Ces Lyonnais se rendent simplement à une destination non desservie par leur aéroport local.» Il ajoute que ces sociétés privées n’appartiennent pas à Genève Aéroport et ne sont pas financées par les contribuables genevois. «Ces gens ignorent-ils que l’AIG ne touche aucune subvention, s’autofinance intégralement et verse 50% de ses recettes à la collectivité?»

Du côté de l’Etat, Pierre Maudet, magistrat chargé de l’Economie, maintient ses positions détaillées dans nos éditions de cet été. A savoir poursuivre un développement qualitatif de l’aéroport, qu’il considère comme «l’épine dorsale de l’économie genevoise». Cela passe par la mise en place de stratégies commerciales avec l’aéroport de Lyon, mais aussi des efforts en matière de réduction des nuisances et de développement durable. (TDG)

Créé: 31.08.2015, 13h21

Articles en relation

Comment Genève Aéroport fait face à sa folle croissance

Transport aérien Un nombre record de passagers a transité par Cointrin l'an dernier. La plate-forme, pour l'instant, fait face. Entretien avec son directeur général. Plus...

Les riverains de Cointrin veulent interdire les vols entre 23h et 6h

Nuisances sonores Genève Aéroport se prépare à accueillir 25 millions de passagers d'ici 2030, soit dix de plus qu'aujourd'hui. Plus...

L’Aéroport atténuera le vacarme de ses réacteurs

Aviation A l’ouest du tarmac, côté Meyrin, un amortisseur de bruit est en train de sortir de terre. Il doit servir aux essais moteur. Plus...

Un rapport sur le développement de Cointrin est contesté

Aéroport Les projets d’agrandissement de l’aéroport de Genève se fondent sur un rapport allemand dont les calculs de la fréquentation seraient contestés. Plus...

L’avenir de l’aéroport est un casse-  tête pour Genève

Développement A partir de 2030, 1001 scénarios sont possibles vu l’évolution rapide de l'aviation. Mais il est trop tôt pour communiquer dit Pierre Maudet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Sortie du livre 'Sodoma, enquête au coeur du Vatican'
Plus...