Le personnel d’ABB Sécheron met la pression sur sa direction

GenèveFace aux rumeurs de délocalisation, les employés demandent une information claire et ont mandaté le syndicat Unia.

Photo d'archive lors d'une visite d'ateliers en février 2015

Photo d'archive lors d'une visite d'ateliers en février 2015 Image: Magali Girardin/Tribune de Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les employés d’ABB Sécheron demandent à la direction du groupe zurichois davantage de clarté sur leur avenir face aux rumeurs de délocalisation et des garanties sur les emplois du site meyrinois. Inquiet, le personnel s’est réuni en assemblée générale la semaine dernière. Il a mandaté le syndicat Unia et élu un comité d’action composé d’une vingtaine de salariés. La délégation demande une entrevue urgente avec la direction de l’entreprise.

Des rumeurs persistantes de fermeture de l’activité de production hantent l’usine d’ABB Sécheron depuis plusieurs semaines. Début octobre, des employés indiquaient à la Tribune de Genève que plusieurs clients et fournisseurs avaient attiré leur attention sur «une délocalisation à venir du site, en Pologne». A cela s’ajoutait le report sine die d’une séance d’information trimestrielle, au cours de laquelle les employés avaient prévu d’interroger les dirigeants sur l’avenir de l’usine. Alessandro Pelizzari, le secrétaire régional d’Unia qui avait défendu en 2012 les employés de Merck Serono, prend la tête du front syndical.

La délégation du personnel indique dans un communiqué «voir chaque année des lignes de productions être délocalisées vers des pays dits de faible coût de main-d’œuvre». La restructuration du site aurait «déjà conduit à une perte de 20% des postes de travail» depuis 2 ans. Le personnel en appelle aux autorités du canton et plus particulièrement au gouvernement à «un soutien sans faille dans la lutte des employés d’ABB pour le maintien de leurs emplois».

Le Conseil d’Etat est en contact avec ABB et surveille de près la situation, déclare ce lundi une porte-parole du Département de la sécurité et de l’économie.

Fleuron de l’industrie genevoise, ABB Sécheron a su s’adapter à l’évolution rapide des marchés en concentrant son activité sur les transformateurs de traction au début du millénaire. En 15 ans, le nombre d’employés a fortement cru pour s’établir à quelque 330 personnes. Le personnel est à la pointe de la technologie dans le domaine des transports. On lui doit notamment le bus TOSA, un véhicule 100% électrique qui se recharge à certains arrêts en quelques secondes.

Créé: 23.10.2017, 18h49

Articles en relation

La crainte d'une délocalisation hante l'usine ABB Sécheron

Industrie Des employés ont été alertés sur un risque de transfert de l'activité. La direction annule un point d'information avec le personnel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jeanne Calment est bien la doyenne de l'humanité
Plus...