Le «personal stop» est en passe d'être enterré

Grand ConseilSoutenu par le MCG et la gauche, un projet de loi veut biffer le tour de vis budgétaire, par ailleurs contesté par référendum.

Le 23 décembre, les syndicats de la fonction publique et la gauche avaient déposé 20?796 signatures contre le «personal stop».

Le 23 décembre, les syndicats de la fonction publique et la gauche avaient déposé 20?796 signatures contre le «personal stop». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une nouvelle majorité s’apprête à défaire ce que le Grand Conseil avait tissé le 13 novembre. Inscrit à l’ordre du jour de la session de la semaine prochaine, un projet de loi propose d’abroger le «personal stop», cette couche supplémentaire de frein à l’endettement qu’ont imposée ce jour-là le PLR, l’UDC et le MCG. Le projet a de fortes chances d’être adopté puisque le MCG a entre-temps changé de camp – estimant qu’on l’a berné sur la crise financière – et fait désormais alliance avec la gauche.

Considérée comme une déclaration de guerre par le Cartel intersyndical et le Syndicat des services publics, cette interdiction d’engager à l’Etat (sauf dérogation) avait été immédiatement contestée par référendum. Les opposants avaient réuni plus de 20 000 signatures et la votation populaire devait se tenir à l’automne. Avec ce nouveau coup de théâtre, le scrutin n’aurait plus raison d’être.

La colère du PLR

La volte-face du MCG rend furieux Cyril Aellen, député PLR, tout autant qu’elle l’inquiète. «Je pense que nous assistons au tournant de la législature, déclare celui qui est à l’origine du projet de loi initial. Le Parti socialiste a décidé de travailler avec le MCG. Ils se sont entendus sur un accord budgétaire complet.»

Le député en veut pour preuve un deuxième projet de loi (également au programme), cosigné par les deux partis et Ensemble à Gauche, qui vise à rétablir les mécanismes salariaux dans la fonction publique. Pour Cyril Aellen, on est face à un basculement majeur: «Le MCG a lâché l’UDC, son alliée de la Nouvelle Force.»

La réintroduction de la progression salariale des fonctionnaires est toutefois loin d’être acquise. Aucun député écologiste n’a en effet signé le projet de loi. Or, sans appui des Verts, la majorité n’est pas atteinte. «En fait, moi j’aurais signé le projet, mais on ne me l’a pas proposé», précise François Lefort, député écologiste. Qui reconnaît qu’il parle en son nom, le groupe des Verts semblant peu favorable à cette proposition.

A l’inverse, l’abrogation du «personal stop» pourrait se réaliser rapidement. Il n’est en effet pas exclu qu’une demande de traitement immédiat soit déposée. «Rien n’est décidé, précise Lydia Schneider Hausser, cheffe de groupe du PS. Mais il est vrai que comme nous en avons déjà débattu en novembre, il paraît inutile de perdre trop de temps.»

Aucun accord conclu

Ce qui est en revanche certain pour la députée, c’est qu’aucun accord budgétaire n’a été signé avec le MCG: «Nous sommes en discussion avec cette formation comme avec les autres. Car nous n’avons pas encore renoncé à l’espoir d’avoir un budget. Un accord peut encore être trouvé. Cela peut être avec le MCG mais également avec le PLR.»

Un PLR qui, pour l’heure, semble trop irrité pour envisager de se rabibocher avec le PS. «Ce que cette nouvelle alliance propose va dans la direction du Conseil d’Etat, analyse Cyril Aellen. Cela risque de pousser le PLR à endosser un rôle d’opposition pure et dure. Ce serait un comble puisque c’est l’Entente qui est majoritaire à l’Exécutif.»

«Interrogeons le peuple»

Le député estime qu’on tente d’empêcher les citoyens de s’exprimer sur le «personal stop»: «Dès que le référendum a été lancé, j’ai dit que j’étais favorable à ce que la population soit enfin interrogée sur la question.»

Et de plaider pour que cette votation ait lieu. «Je trouve tout de même étonnant que ce soit ceux qui ont l’habitude d’en appeler sans cesse au peuple qui ont le plus peur de son verdict», conclut Cyril Aellen.

(TDG)

Créé: 15.02.2016, 19h44

«Serge Dal Busco nous a bernés»

Mais quelle mouche a donc piqué le MCG pour retourner ainsi sa veste sur la nécessité de renforcer le frein à l’endettement? Eric Stauffer avait en effet déployé son énergie habituelle pour soutenir le «personal stop», qu’il présentait comme une alternative moins douloureuse que la baisse de charge de 5% en trois ans du Conseil d’Etat.

Alors que certains supputent une sorte de putsch à l’interne du MCG contre les leaders historiques de la formation, Eric Stauffer est catégorique: «Je suis totalement solidaire et en parfaite harmonie avec les signataires MCG, assure-t-il. Si on en est là, la faute en revient au chef du Département des finances. Serge Dal Busco nous a bernés.»

Fichtre! Et qu’a-t-il fait? «Il nous a annoncé en septembre que les comptes 2015 seraient déficitaires de 200 millions, répond le député. Puis, après avoir dit vouloir diminuer les charges de 5% en trois ans, le Conseil d’Etat a présenté un budget 2016 dont les charges étaient en réalité en hausse. Là, on était déjà tous énervés. Mais lorsque Serge Dal Busco a indiqué en janvier que la dette diminuerait finalement de 700 millions de francs en 2015, cela a été trop.»

En clair, pour le MCG, seule une situation financière catastrophique pouvait justifier son appui au «personal stop». Comme cela ne semble pas être tout à fait le cas, il renonce. «Nous ne sommes pas les pantins du Conseil d’Etat, poursuit Eric Stauffer. Nous avons donc décidé de modifier notre position en conséquence.»

Cela préjuge-t-il d’un accord avec la gauche sur le budget 2016? «Pour en arriver là, encore faudrait-il que le Conseil d’Etat nous donne la version corrigée de son premier projet de budget, répond-il. Il a convoqué tous les partis afin de, soi-disant, trouver un compromis, mais sans nous fournir aucun document.»

Précisons que le groupe MCG du Grand Conseil tiendra son caucus lundi pour se positionner officiellement sur les deux projets de loi.
E.BY





















































Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Blocher veut racheter GHI
Plus...