Passer au contenu principal

La pédopsychiatre Dora Knauer est décédée du Covid-19

Consœur du Professeur François Ansermet, elle est notamment à l'origine de la Guidance infantile.

Atteinte du Covid-19, Dora Knauer avait dû être hospitalisée il y a trois semaines aux soins intensifs. (Photo d'illustration)
Atteinte du Covid-19, Dora Knauer avait dû être hospitalisée il y a trois semaines aux soins intensifs. (Photo d'illustration)
Keystone

La pédopsychiatre genevoise Dora Knauer s'est éteinte. Atteinte du Covid-19, la sexagénaire avait dû être hospitalisée il y a trois semaines aux soins intensifs. Elle y est décédée mercredi. «L'enterrement et la cérémonie d'adieu auront lieu dès que la situation sanitaire le permettra», précise l'avis publié dans le journal.

Dora Knauer a activement contribué au développement de la pédopsychiatrie genevoise. Fidèle collaboratrice des professeurs Bertrand Cramer, Francisco Palacio Espasa puis François Ansermet, elle a notamment participé à la création de la Guidance infantile, devenue par la suite le Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l'Hôpital cantonal.

Figure romande, la médecin était régulièrement sollicitée par les médias sur diverses thématiques en lien avec l'éducation et le développement des enfants. Ses prises de position étaient souvent empreintes de bon sens et non culpabilisantes. Dora Knauer valorisait ainsi les jeux simples «sans matériel» comme le loup ou le gendarme et le voleur pour développer la créativité des enfants. Elle défendait par ailleurs une position nuancée sur l'utilisation des smartphones à l'école pour les 12-13 ans estimant qu'il était plus utile d'appendre à bien utiliser ces appareils plutôt que de les interdire. Interpellée un jour sur l'abandon des couches-culottes, la pédopsychiatre se voulait rassurante: «Il est très difficile pour un enfant d’être totalement propre avant l’âge de 4 ans et même à cet âge, beaucoup ne le sont pas encore complètement.»

Avant de prendre la direction de l’unité des Hôpitaux de jour du service, Dora Knauer a longtemps dirigé le Jardin d’enfants thérapeutique. Elle portait un intérêt particulier au suivi des enfants en milieu hospitalier. Elle a largement collaboré au développement des thérapies mère-bébé et celles centrées sur la parentalité pendant la période périnatale.

Parallèlement à son activité clinique, Dora Knauer s'investissait beaucoup dans l’écriture, la recherche et l’enseignement. Elle était membre de la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie de l’enfant et de l’adolescent, de l’Académie suisse des sciences médicales ainsi que du comité de rédaction de plusieurs revues. Elle a poursuivi ses nombreuses activités après son départ en pré-retraite en 2013.

«Dora Knauer a toujours été ouverte à la nouveauté, prête à relever les défis tant cliniques qu’institutionnels ou politiques, il en fallait beaucoup pour la décourager», témoigne Nadia Micali, médecin-cheffe du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des HUG dans un texte transmis aux collaborateurs de l'Hôpital.

Ses proches tiennent également à lui rendre hommage aujourd'hui: «C'était une personne très généreuse, chaleureuse et accueillante, confient Eglal et Wedad au nom de «tous ses amis méditerranéens». Elle était toujours à l'écoute et au moindre bobo, elle accourait. Son départ si brusque nous laisse orphelin de sa fidèle amitié, de sa présence et de son grand dévouement.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.