«On veut une patinoire à Genève le plus vite possible»

Hockey sur glaceThierry Apothéloz, conseiller d’État chargé des Sports, se bat pour que le projet du Trèfle-Blanc se réalise, même avant 2028.

Thierry Apothéloz (à gauche), conseiller d’État chargé des Sports, ici en compagnie de Laurent Strawson, président de Ge/Servette, travaille de concert avec le club genevois pour faire avancer le projet de nouvelle patinoire.

Thierry Apothéloz (à gauche), conseiller d’État chargé des Sports, ici en compagnie de Laurent Strawson, président de Ge/Servette, travaille de concert avec le club genevois pour faire avancer le projet de nouvelle patinoire. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l’époque, c’était du côté des Charmilles, dans ce stade mythique du club de son enfance, qu’il vibrait. C’était en compagnie de son père. Ce dernier n’est plus là depuis janvier 2018 pour voir où cette affiliation émotive avec le Servette FC l’a conduit. Il serait si fier de savoir aujourd’hui que son fiston, Thierry Apothéloz, est devenu, à Genève, conseiller d’État chargé des Sports. Que c’est lui et son département qui sont chargés, notamment, de mener à bien le projet de la patinoire du Trèfle-Blanc, ce serpent de mer. Le magistrat genevois se trouvait vendredi soir dans la loge présidentielle, à côté du président du club, Laurent Strawson, et des membres du conseil d’administration de Ge/Servette. On l’a rencontré avant qu’il ne s’envole avec ces Aigles qui ont fait trembler les Vernets...

Thierry Apothéloz, vous avez évoqué 2028 pour la nouvelle patinoire au Trèfle-Blanc. On n’arrive pas à accélérer le processus et l’inaugurer plus tôt?
Il est risqué d’aller plus vite que la musique s’agissant d’un projet d’une telle envergure et qui surtout doit réussir. Nous avons dû passer par plusieurs étapes depuis mon arrivée en fonction le 1er juin 2018. Il a fallu tout d’abord tirer les constats sur un précédent projet pour pouvoir relancer ce dossier. Ensuite, le déclassement du site du Trèfle-Blanc par une décision du Grand Conseil était indispensable. Tous les fans de sport veulent une patinoire et ils ont raison, je la veux aussi. J’ai monté au sein du département une task force qui travaille avec un comité de projet interdépartemental pour concrétiser cette patinoire au plus vite. La date de 2028 est pour moi le délai maximal. Vous aurez compris qu’il est nécessaire de passer par un certain nombre d’étapes pour gagner du temps après.

C’est-à-dire?
Comme ce sont des terrains de l’État, donc en mains publiques, l’option du 100% privé n’est pas réalisable. À moins que l’État ne vende les terrains, ce qui n’est pas notre volonté. Cela peut être un PPP, un partenariat public privé, ou alors un projet entièrement public. Afin que les délais soient respectés, il faut tout faire pour éviter les recours. Le déclassement du terrain du Trèfle-Blanc est entré en force. C’est un pas important. Il s’agit dorénavant de décider, d’ici à cet été, si l’on part sur un 100% public ou un partenariat public-privé. Pour nous y aider, fort heureusement, trois départements en plus du mien sont impliqués dans le suivi de ce dossier, ce qui montre l'engagement du Conseil d'État.

Quelles sont vos contraintes?
Sur cette parcelle, nous devons prévoir une boucle de rebroussement pour le tram, ainsi qu’un P+R. Je souhaite que la future patinoire corresponde au mieux aux besoins du club: une enceinte, mais aussi des infrastructures sportives pour l’entraînement de l’équipe phare et de la relève. Une surface de glace supplémentaire permettrait de répondre aux fortes sollicitations actuelles des Vernets. Pour que tout joue, nous devons prévoir le financement tant de la construction que du fonctionnement.

Construire une patinoire, c’est compliqué?
Il faut comprendre qu’on ne parle pas que de la construction d’une patinoire. Il est question aussi de ses coûts de fonctionnement, et donc de qui pourra les assumer. En somme, c’est une nouvelle zone à construire. En matière d’investissement, les taux étant extrêmement bas, il est possible d’emprunter à un niveau intéressant. Ceci n’est pas vraiment un problème. On parle beaucoup des patinoires construites ailleurs en Suisse: on oublie de dire que celles-ci, comme à Lausanne, ont mis parfois plus de dix ans à aboutir. À ce stade, le comité de pilotage souhaite connaître toutes les options avant de décider du mode de financement. Comme la parcelle concernée est déclassée en zone de bureaux, une étude de marché et d’affectation doit nous indiquer si ceux-ci peuvent contribuer à couvrir les frais de la patinoire.

Et quelle est la réponse?
Elle semble être positive, à condition qu’on y adjoigne la possibilité de bâtir des résidences de type hôtelier, répondant à une certaine demande dans la région. S’agissant des équipements sportifs, Laurent Strawson et son équipe ont formulé des demandes précises quant à leurs besoins, je veux pouvoir y répondre au maximum. Nous procéderons, le cas échéant, à des arbitrages ensemble.

La Ligue vous a-t-elle imposé une date?
Nous avions un délai au 15 décembre pour communiquer un calendrier. Le directeur de la Ligue, Denis Vaucher, m’a rencontré ici aux Vernets. Il avait besoin de sentir que Laurent Strawson et la Fondation 1890 ne portaient pas seuls cette opération. J’ai tenu à le rencontrer pour lui montrer que ma détermination est entière à ce qu’une nouvelle patinoire, conforme aux normes de la Ligue, soit construite sans délai inutile. J’ai le sentiment qu’il m’a entendu. Un plan de situation et un échéancier lui seront régulièrement transmis.

Le fait que Ge/Servette et le Servette FC soient dirigés par la Fondation 1890, par des gens sérieux, est également un atout pour vous, non?
Oui, car l’intérêt de la fondation est uniquement tourné vers le sport et non orienté vers le rendement financier. C’est extrêmement précieux pour le canton.

Et alors, elle va ressembler à quoi, cette nouvelle patinoire?
À une structure entièrement consacrée au hockey sur glace! Nous avions le choix entre une patinoire monofonctionnelle uniquement centrée sur le hockey ou multifonctionnelle où il aurait été possible d’y organiser des concerts, comme à Malley. L’option retenue permet d’éviter que des activités événementielles mettent en péril les entraînements, voire les matches. Si l’on construit une patinoire, c’est principalement pour la mettre à la disposition du club. Concernant la capacité, je préfère quelque chose à taille humaine, 8500 places, pour être suivi par le parlement lors du dépôt de la loi d'investissement. À ce stade, je ne sens pas d’opposition de la part des députés, mais au contraire de la volonté et de l’énergie.

Que pouvez-vous promettre à nos lecteurs et aux Genevois?
Cela fait près de vingt ans que je suis engagé en politique et je n’ai jamais formulé de promesses, y compris en campagne, parce que cela nous décrédibilise. Je préfère l’engagement: le mien est de mettre tous les moyens pour réaliser cette patinoire. Et que cette énergie puisse nous servir à offrir aux sportifs et aux supporters une infrastructure de qualité et dont tout le monde sera fier!

Créé: 14.01.2020, 07h15

L’avant-match

Les Vernets, mardi, 19h45


L’info
Daniel Winnik, sanctionné par une méconduite de match à Berne, écope d'une rencontre de suspension. Le junior Petr Cajka, encore considéré comme étranger, pourrait le remplacer.

L’effectif
Touché sur le haut du corps, Mike Völlmin est indisponible, au même titre que Jonathan Mercier, John Fritsche et Jeremy Wick. Ce dernier n’est toutefois plus très loin d’un retour. Sandis Smons est de retour de Sierre. Le coach décidera au dernier moment qui de Robert Mayer ou de Gauthier Descloux sera dans les buts.

La phrase
«Il ne faut pas s’attendre au même match que la dernière fois, où l’on s’était imposés 4-0. Comme Berne, les Luganais vont jouer avec l’énergie du désespoir dans l’optique des play-off.» C'est signé Patrick Emond, le coach des Aigles.

À l’honneur
Ancien Luganais et Servettien, le jeune retraité Kevin Romy va être honoré avant la partie.
C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève féminise ses panneaux de signalisation
Plus...