Passer au contenu principal

Quand la parole des femmes abusées libère celle des autres

Quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan ont brisé des années de silence en dénonçant ses agissements. Un mois et demi après leurs révélations, elles oscillent entre colère et espoir.

Patrick Tondeux

Brisant des années de silence, quatre anciennes élèves genevoises de Tariq Ramadan ont créé une onde de choc à Genève et bien au-delà. Depuis que ces Suissesses ont révélé le 4 novembre dans nos colonnes la manière dont leur professeur adulé et séducteur les avait manipulées, parvenant à obtenir de certaines des relations sexuelles, elles oscillent entre colère et espoir. Sandra*, Léa*, Agathe* et Claire* se sentent maintenant trahies par l’institution scolaire, qui savait mais n’a pas agi dans le cadre de sa mission de protection des élèves.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.