Parloirs téléphoniques pour les avocats à Champ-Dollon

CoronavirusÀ partir de ce mercredi, les détenus peuvent s’entretenir par téléphone avec leur défenseur depuis la prison.

Image: Steeve Iuncker-Gomez / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Coronavirus oblige, Champ-Dollon propose dès ce mercredi des parloirs téléphoniques. Selon nos renseignements, les détenus peuvent désormais s’entretenir par téléphone avec leur défenseur depuis la prison.

Dans un courrier envoyé ce mardi à l’Ordre des avocats, l’Office cantonal de la détention (OCD) précise que le prévenu sera placé dans un local fermé hors la présence de gardiens «de manière à assurer la confidentialité».

Dans ces locaux, poursuit l’OCD, «la connexion (avec le numéro de l’étude d’avocats) sera établie par un collaborateur de la prison depuis un autre appareil à l’extérieur desdits locaux».

Les appareils seront désinfectés, précise la lettre du 24 mars faisant suite à un entretien avec des membres de l’Ordre des avocats: «Dès lors, écrit Philippe Bertschy, le directeur général de l’OCD, les avocats sont invités, dans la mesure du possible, à remplacer les parloirs ordinaires par des parloirs par téléphone, tant que dure la présente situation sanitaire et ce jusqu’à nouvel avis.»

Présidente de la Commission pénale de l'Ordre des avocats, Me Catherine Hohl-Chirazi soutient cette mesure: «Nous sommes heureux que le Ministère public et l’Office cantonal de la détention aient entendu et traité en urgence notre demande de parloirs téléphoniques. La rapidité dans la prise de décision et l’action est un facteur clé de lutte contre la propagation de la pandémie en milieu carcéral et la saturation du système de santé.»

«C’est une excellente initiative, qui dénote son souci d’agir au mieux face à cet ennemi invisible, relève Me Robert Assaël, membre de la commission de droit pénal de l’Ordre des avocats genevois. L’OCD invite légitimement les avocats à favoriser les parloirs téléphoniques, mais les parloirs ordinaires sont toujours possibles. Pour moi, ils sont indispensables quand il s’agit d’examiner les pièces d’un dossier ou lors d’un premier contact avec un client.»

Le pénaliste Bernard Nuzzo salue «cette mesure, qui permettra aux avocats et aux détenus de continuer à travailler ensemble sur les dossiers en cours sans risque pour les uns ou pour les autres».

Cette demande émane de l’Ordre des avocats, explique Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé (DSES). «Elle est soutenue par le Ministère public et notre département.» Ces nouveaux parloirs téléphoniques sont une possibilité «que l’on encourage et non un ordre». Le porte-parole précise le fonctionnement: «Le détenu est seul dans la salle ad hoc. Quand l’avocat nous appelle, on bascule son téléphone de manière sécurisée vers le détenu, qui dispose dans la pièce d’un appareil qui ne peut émettre d’appels.» Le secret professionnel est préservé, dit-il.

«On a aussi aménagé des parloirs avec plexiglas, relève Laurent Paoliello. On maintient donc les visites pour les avocats et la famille du détenu en respectant les normes de sécurité et les normes sanitaires. Grâce au plexiglas, il n’y a donc pas de contact physique. Toutes ces mesures traduisent la bonne collaboration entre les différents offices concernés. Cela protège aussi bien l’avocat que le détenu.» Et le DSES de conclure: «Les visites sont primordiales pour les détenus en vue de leur réinsertion, nous devons garder ce lien malgré la crise sanitaire.»

Créé: 25.03.2020, 08h01

Articles en relation

Coronavirus: les avocats contrôlés à l’entrée des prisons

Genève L’État annonce au bâtonnier un contrôle sur toute personne pénétrant dans chacun des établissements de détention. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...