L’œil du parlement dresse son bilan annuel

Grand ConseilLe président sortant de la Commission de contrôle de gestion rêve d’un rôle plus créatif.

Ci-dessus, Nicole Valiquer Grecuccio, actuelle présidente de la Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil.

Ci-dessus, Nicole Valiquer Grecuccio, actuelle présidente de la Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission de contrôle de gestion du Grand Conseil a présenté lundi à la presse pour la première fois le bilan de son travail annuel. «Notre mission est de contrôler le bon fonctionnement des institutions», a rappelé Nicole Valiquer Grecuccio, sa présidente actuelle. Une fonction de surveillance indispensable, mais dont la forme a forcément été modifiée depuis la création, en 2006, de la Cour des comptes. Yvan Zweifel, le président sortant, est d’avis qu’il faut aller un peu plus loin.

Dans la conclusion du rapport sur le bilan annuel de la commission qu’il a rédigé à l’intention du Grand Conseil, Yvan Zweifel propose à ses pairs de s’appuyer sur les recommandations de la Cour des comptes et du Service d’audit interne (SAI) et «d’élaborer collectivement des objets parlementaires afin de pousser le Conseil d’État à rationaliser son administration ou à modifier des pratiques inadaptées et coûteuses».

Encore à discuter

Le député PLR a bien précisé aux médias que ce sont là ses considérations personnelles et qu’elles devront encore être discutées au sein de la commission. Mais elles soulignent une nouvelle fois que la quête de la bonne place de la commission parmi les organes de contrôle de l’État n’est pas encore tout à fait achevée.

Ce qui n’a pas empêché ladite commission d’effectuer un énorme travail durant l’année parlementaire 2018-2019. Elle a tenu 110 heures de séances plénières, procédé à 80 auditions et créé trois sous-commissions. Ces sous-commissions se sont penchées sur la gestion administrative et financière de l’État, sur l’Office de détention pénitentiaire et sur l’action du Conseil d’État concernant l’affaire Maudet.

Cadrage des cadeaux

Parmi les 22 dossiers encore en cours aujourd’hui, le rapporteur évoque notamment la crise de la police, les difficultés de l’Office des poursuites, la gestion de l’association Étoile Carouge ou encore le suivi du Projet d’agglomération.

Le rapport, qui sera soumis au parlement, se termine comme il se doit par une série de recommandations. Neuf sont nouvelles, mais sept sont un rappel du précédent bilan annuel. Dans les nouveautés, on relèvera par exemple le souhait que le Conseil d’État établisse un nouveau règlement clair concernant l’acceptation de cadeaux et d’avantages au sein de l’État.

Créé: 13.01.2020, 19h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Votation: faut-il taxer les chiens?
Plus...