Au parc Challandes, le directeur devient père d’adoption d’un bébé lémurien

Carnet roseLe vétérinaire Tobias Blaha a dû prendre «Belle» chez lui afin de la nourrir toutes les heures.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 5 avril, deux bébés lémuriens ont vu le jour au parc Challandes, à Bellevue. Il s’agit de la deuxième portée de lémuriens catta à voir le jour dans le canton de Genève après la naissance de jumelles l’année passée. Une véritable fierté pour le nouveau directeur du parc animalier Tobias Blaha, qui est devenu par la force des choses père adoptif de la petite «Belle».

Une lutte de pouvoir entre lémuriennes est à l’origine de cette situation. «Cette année, c’est la mère dominée qui a mis bas. La dominante lui a immédiatement pris un des deux petits et ne voulait plus le lui rendre», explique le vétérinaire. Problème: la femelle qui règne sur le groupe n’a pas de lait pour nourrir le bébé. Afin de sauver ce dernier, le personnel du parc a dû se résigner à séparer «Belle» de ses congénères. Depuis, elle vit à Versoix, chez la famille Blaha, où une couveuse à 37 degrés lui permet de grandir.

Réveil toutes les heures

Pour le responsable, sa femme et sa petite fille de 21 mois, l’arrivée de la petite lémurienne est une expérience inédite, mais également une grande source de fatigue… «Les deux premières semaines il a fallu lui donner du lait à l’aide d’une seringue toutes les heures. On se relayait avec ma femme et une bénévole du parc l’a pris quelques nuits car nous étions épuisés. Heureusement, lorsqu’on se lève à trois heures du matin et qu’on voit ses grands yeux on oublie la fatigue pendant un moment», glisse le vétérinaire attendri. Au fil des semaines, l’intervalle des «tétées» est passé à deux heures puis à trois depuis la semaine dernière.

Mais l’implication du vétérinaire ne se limite pas à nourrir le bébé. Il doit également le masser, le brosser et jouer avec lui. «En nous substituant à sa mère naturelle, il faut que nous reproduisions les gestes de cette dernière. Il est par exemple essentiel de lui masser le ventre afin de faciliter le transit intestinal et la production de fèces. Il faut également pourvoir à certains soins, tels que lui laver les fesses et la brosser. Les mamans lémuriens le font avec leurs dents, nous nous utilisons une brosse à dents.»

Et visiblement, les efforts du spécialiste ont payé: la petite femelle se porte à merveille. Alors qu’elle pesait 81 grammes à la naissance, elle en affiche désormais 236.

Retour chez ses pairs

Une fois par semaine, le vétérinaire sort «Belle» de son appartement pour l’emmener au parc afin qu’elle reste en contact avec ses congénères. Dans deux mois ils tenteront de la remettre dans l’enclos de sa famille, qui compte deux femelles et un mâle adulte ainsi que les jumelles nées au printemps dernier.

Elle y retrouvera également sa sœur ou son frère, resté auprès de sa mère. «À ce stade, nous n’avons pas pu sexer l’autre bébé car il est toujours sur ou sous sa maman afin de rester au chaud», indique Anne-Sophie Deville, vice-directrice du parc et biologiste. Il faudra donc attendre un peu pour savoir si Belle a un petit frère ou une petite sœur. Quoi qu’il en soit, ce dernier ne pourra pas ravir la vedette à sa sœur, qui est devenue en quelques semaines la nouvelle coqueluche du parc pour le plus grand bonheur de son père adoptif. «Cet animal est sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature. C’est donc une merveilleuse nouvelle pour nous d’avoir à nouveau une portée», se réjouit Tobias Blaha.

(TDG)

Créé: 23.05.2019, 07h32

Un vétérinaire précoce

En reprenant les rênes du parc animalier Challandes en avril 2018, Tobias Blaha est devenu à 28 ans le plus jeune directeur de parc animalier du monde.

Ce titre honorifique est même attesté par un diplôme que le principal concerné nous montre avec fierté. «J’ai toujours voulu être vétérinaire et travailler dans un parc animalier alors je suis très heureux», glisse timidement le jeune homme.

Élevé dans une petite ferme au sud de l’Allemagne, il a grandi entouré d’ânes, de moutons, de chèvres et de lapins. Âgé de 14 ans, il apprend que le gouvernement de sa région a séquestré trois tamarins détenus illégalement, mais que ces derniers peuvent être placés chez des personnes détentrices d’une licence.

Ni une ni deux, l’adolescent se forme et accueille les trois primates chez lui. À partir de là, il ne cessera d’accumuler les formations. Il suit ses études vétérinaires à l’Université de Munich et de Budapest, devient en parallèle soigneur animalier, formateur et spécialiste des serpents toxiques et des crocodiles. Après avoir travaillé dans plusieurs zoos européens il a finalement posé ses valises à Genève, où il compte faire du parc Challandes un fer de lance dans le combat pour la sauvegarde de la biodiversité et l’éducation environnementale. C.Z.B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...