«Il n’y a pas de paix avec le cyberharcèlement, même chez soi»

JusticeLe cyberharcèlement est une nouvelle forme de délinquance juvénile, constate Fabienne Proz Jeanneret, juge au Tribunal des mineurs.

Les impacts sont autrement plus complexes qu’à l’époque des altercations dans les préaux d’école, selon Fabienne Proz Jeanneret: «Les victimes continuent à être harcelées même chez elles.»

Les impacts sont autrement plus complexes qu’à l’époque des altercations dans les préaux d’école, selon Fabienne Proz Jeanneret: «Les victimes continuent à être harcelées même chez elles.» Image: archives Francesca Palazzi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le cyberharcèlement est une nouvelle forme de délinquance juvénile, constate Fabienne Proz Jeanneret, juge au Tribunal des mineurs. Il s’inscrit dans le développement d’Internet et des réseaux sociaux et s’étend à toutes les diverses plates-formes où les jeunes effectuent leur réseautage.»

Ces comportements entrent dans le catalogue habituel des délits prévus par le Code pénal (injures, menaces, contraintes, diffamation, calomnie, etc.). Avec le boom du digital, un nouvel article 179 bis/ter/quater CP est toutefois apparu «pour l’enregistrement et la prise d’images à l’insu de personnes, et partagées avec d’autres», précise la juge.

Les impacts sont autrement plus complexes qu’à l’époque des altercations dans les préaux d’école, poursuit Fabienne Proz Jeanneret : «Les victimes continuent à être harcelées même chez elles. Il n’y a pas de paix avec le cyberharcèlement, même dans l’intimité de son logement! Des jeunes filles qui avaient transmis des photos à leurs petits copains les voient soudain diffusées sur Facebook. Elles ne veulent plus aller à l’école, certaines veulent même mourir. L’auteur, lui, ne peut plus rattraper sa faute. La machine s’emballe, cela prend une ampleur infinie.»

Les jeunes auteurs sont punis selon le droit pénal des mineurs: «Ils sont surtout sanctionnés par des peines de prestations personnelles. Dans des cas extrêmes et s’ils avaient 15 ans au moment des faits, ils sont passibles d’une peine privative de liberté. Ils peuvent aussi être aidés par des mesures éducatives spécifiques comme une assistance personnelle. L’important, c’est de leur faire comprendre la portée de leurs actes et ce que cela représente pour leur victime.» La juge estime encore nécessaire de «soutenir les jeunes dans l’utilisation positive des médias».

Créé: 08.02.2016, 18h50

Articles en relation

Un élève par classe est harcelé: le DIP lance la contre-offensive

Prévention Le cyberharcèlement est souvent la pointe de l’iceberg, explique May Piaget, coordinatrice du groupe vie et climat scolaire. Plus...

Harcèlement: les avocats aident les élèves du Cycle

Réseaux sociaux Ils font le tour des Cycles pour aider les adolescents et donnent des conseils gratuits à tous les Genevois Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...