Le Rhône sera purgé durant onze jours en mai

EnvironnementFinies les grandes chasses. Le fleuve sera vidangé selon une nouvelle méthode, moins néfaste pour l’environnement.

L'abaissement partiel du barrage se déroulera durant onze jours, du 19 au 31 mai.

L'abaissement partiel du barrage se déroulera durant onze jours, du 19 au 31 mai. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les grandes chasses du Rhône appartiennent au passé. Une nouvelle méthode va être utilisée pour purger le fleuve d’une partie de ses sédiments. L’opération va se dérouler durant onze jours, du 19 au 31 mai, comme vient de l’indiquer un communiqué conjoint de l’Etat de Genève et de la préfecture de l’Ain.

Durant ces onze jours, le Rhône sera abaissé, mais seulement partiellement. «A la hauteur du barrage de Verbois, le niveau baissera de moitié seulement, explique François Pasquini, directeur du Service de l’écologie de l’eau. A la Jonction, il ne sera réduit que de quelques centimètres.» Toutefois, en raison d’un fort débit, l’usage du fleuve sera restreint et la baignade interdite. Le Conseil d’Etat a d’ailleurs déclaré une mise à ban des rives du 20 mai au 7 juin.

Les barrages sur le Rhône ont l’inconvénient de retenir les sédiments, apportés notamment par l’Arve. Leur accumulation augmente les risques d’inondation, en particulier à la Jonction, et perturbe le potentiel hydroélectrique du fleuve. Longtemps, le Rhône a été purgé par des vidanges complètes suivies de chasses. Les milieux de protection de l’environnement ont vivement critiqué ce processus en raison de ses impacts néfastes, notamment sur les poissons. Ceux-ci mourraient en grand nombre, étouffés par une eau trop brassée et chargée en sédiment.

La nouvelle méthode consiste à n’abaisser le fleuve que partiellement. Le taux de matières en suspension sera mesuré durant toute l’opération. «S’il dépasse un certain seuil, nous devrons stopper le processus, précise François Pasquini. Nos modélisations nous disent que c’est possible, mais comme c’est une première, il y a toujours une marge d’incertitudes.» Des dragages ponctuels permettront d’évacuer les matériaux restants. Ces opérations seront reconduites tous les trois à quatre ans.

Cette méthode est le fruit d’une large concertation transfrontalière entre les exploitants des barrages, les collectivités publiques ainsi que les associations de protection de l’environnement. Outre le barrage de Verbois, celui de Genissiat (F) participe aussi à l’opération.

(TDG)

Créé: 04.05.2016, 20h08

Articles en relation

Berne paiera davantage pour la 3e correction du Rhône

Canton du Valais La demande d'augmentation de participation financière faite par le canton a été acceptée après une visite du chantier de Viège par l'Office fédéral de l'environnement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Donald à l'ONU
Plus...