«Ouvrir les magasins le dimanche ne va pas faire augmenter le pouvoir d’achat»

GenèveLa gauche et les syndicats ont lancé leur campagne en vue du scrutin du 19 mai sur les horaires des commerces.

Le comité unitaire contre l’ouverture des commerces le dimanche a lancé sa campagne ce mercredi à la place de la Navigation.

Le comité unitaire contre l’ouverture des commerces le dimanche a lancé sa campagne ce mercredi à la place de la Navigation. Image: Antoine Grosjean

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Non, c’est non!» Ces trois mots, figurant sur des cabas en papier distribués aux abords des magasins, résument la position du comité unitaire de l’Alternative et des syndicats contre l’ouverture des commerces le dimanche. Celui-ci a lancé ce mercredi sa campagne en vue des votations du 19 mai. Le slogan veut souligner le fait que la population s’est déjà prononcée sur le sujet. En 2016, les Genevois avaient accepté trois ouvertures dominicales des magasins par an, à condition qu’une convention collective de travail (CCT) étendue à toute la branche prévoie des compensations pour le personnel.

La CCT du commerce de détail avait auparavant été dénoncée par les syndicats, qui espéraient obtenir des concessions des employeurs sur la flexibilisation du temps de travail, entre autres. Mais les négociations pour une nouvelle convention ont échoué. La majorité de droite du Grand Conseil a entre-temps retouché la loi pour autoriser ces ouvertures du dimanche même en l’absence de CCT, à titre d’essai pour deux ans. La gauche et les syndicats ont alors lancé un référendum, estimant que la volonté populaire était bafouée. «C’est un déni démocratique! dénonce le député socialiste Romain de Sainte Marie. Mais le peuple n’aime pas devoir revoter sur les mêmes sujets, on l’a vu avec les tarifs des TPG.» Les référendaires sont donc convaincus que les urnes confirmeront le choix exprimé en 2016.

Davide De Filippo, cosecrétaire général du syndicat SIT, estime que cette votation est l’occasion de donner un signal fort au patronat. Pour lui, le fait qu’en octobre 2017, une CCT ait été signée avec la Société des employés de commerce (SEC) ne change rien. «La SEC, qui n’a aucun membre à Genève, n’est pas représentative syndicalement. Cette CCT est donc illégitime et son éventuelle extension à toute la branche serait un abus de droit.»

Le comité unitaire juge que les ouvertures dominicales ne vont pas résoudre le problème du tourisme d’achat et de la vente sur internet, qui pénalisent le commerce de détail. «Ce n’est pas parce que les magasins seront ouverts le dimanche que les gens auront plus de pouvoir d’achat, argue Jocelyne Haller, députée d’Ensemble à Gauche. Les ouvertures nocturnes ont déjà été un échec.» Camille Selleger, du collectif genevois pour la grève des femmes du 14 juin, constate que le personnel de vente, en grande majorité féminin, travaille dans des conditions pénibles et avec un statut généralement précaire. «Il n’y a aucun espoir que ça s’améliore sans CCT.»

Quant au caractère temporaire de la loi votée par le Grand Conseil, Pablo Guscetti, secrétaire syndical à Unia, n’y croit pas: «La population va prendre des habitudes et nous serons mis devant le fait accompli. En plus, on ne sait pas comment l’impact de l’expérience sur le chiffre d’affaires des magasin et sur la création d’emplois sera mesuré.»

Créé: 10.04.2019, 18h28

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.