Passer au contenu principal

Oui au cannabis, mais pas pour les mineurs

Le groupement interpartis remanie son projet de régularisation du marché du cannabis.

Rolin Wavre, délégué du PLR (à gauche), et Arnaud Moreillon, coordinateur du groupe interpartis et secrétaire général du Parti socialiste.
Rolin Wavre, délégué du PLR (à gauche), et Arnaud Moreillon, coordinateur du groupe interpartis et secrétaire général du Parti socialiste.
Pierre Abensur

Comment régulariser le cannabis? Lancé en 2012, un groupe interpartis a élaboré un projet rendu public à la fin de 2013. Celui-ci pose les bases d’une distribution et d’une consommation contrôlées, car «il est évident que le système actuel fondé sur la répression a échoué», explique Arnaud Moreillon, coordinateur du groupe et secrétaire général du Parti socialiste (PS). Six mois plus tard, les délégués du PS, PLR, PDC et MCG, l’UDC ayant quitté le groupe d’origine, remanient leurs concepts sur la base des retours enregistrés, notamment auprès des partis, de professionnels de la sécurité et de la santé, ainsi que diverses villes suisses. Premier changement, les délégués ont décidé d’exclure les mineurs de toute distribution légale, le point le plus controversé du projet d’origine. «Nous espérons par là désamorcer les critiques, expose Rolin Wavre (PLR), mais nous sommes conscients aussi que ce choix évite de se poser la question de la consommation de cannabis par les mineurs, qui n’est pas négligeable.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.