Passer au contenu principal

L'oreille des familles endeuillées

L’UDC Pascal Altenbach travaille aux Pompes funèbres. Il dit en tirer une connaissance de l’humain et de l’administration.

Pascal Altenbach, maître de cérémonie, dans l’un des chapelles du Centre funéraire de Saint-Georges.
Pascal Altenbach, maître de cérémonie, dans l’un des chapelles du Centre funéraire de Saint-Georges.
Lucien Fortunati

«On avait dit devant l’entrée principale, vous êtes à l’entrée des défunts», s’exclame Pascal Altenbach en descendant de sa moto. Il rigole: «Enfin, ayez un peu de flair...» Il est 8h34 ce premier lundi de février. Au Centre crématoire et funéraire de Saint-Georges, on s’étonne de voir arriver un collègue que l’on pensait «en vacances». «En temps normal, ma journée commence à 7h30. Mais j’ai pris congé. Je ne veux pas tout mélanger», explique Pascal Altenbach, le souffle court.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.